INTOXICATIONS ET INFECTIONS ALIMENTAIRES

France – Entre 200 et 700 morts et plus de 17 000 hospitalisés.  Non, il ne s’agit pas du bilan des accidentés de la route…mais des victimes d’infections alimentaires.  Quand Salmonelle, Campylobacter, Listeria…s’invitent au menu, les bons petits plats sont parfois difficiles à digérer!

Les infections à Salmonelles sont dues à la bactérie Salmonella (non typhique).  Elle se manifeste après une incubation de 8 à 48 heures.

Symptômes : diarrhées, maux de tête, douleurs abdominales, nausées, vomissements, fièvre.

Aliments en cause : viandes, charcuterie, volailles, œufs et produits à base d’œufs, produits laitiers, poissons et fruits de mer.  Il s’agit généralement d’aliments consommés crus ou pas assez cuits.

L’infection à Campylobacter est due à la bactérie Campylobacter jejuni. Les troubles apparaissent après une incubation de 2 à 5 jours.

Symptômes : diarrhée, douleurs abdominales, vomissements et fièvre, avec, dans de rares cas des complications.

Aliments en cause : consommation de  viande (poulet, porc) contaminée, surtout lorsqu’elle n’est pas assez cuite.  Mais il peut s’agir aussi de lait ou d’eau.  Il existe également une transmission par contact avec les animaux.

La listériose est une infection bactérienne, due à Listeria monocytogenes.

Symptômes : méningite et septicémie, avortement chez la femme enceinte.

Aliments en cause : fromages au lait cru, poissons fumés et certains produits de charcuterie tels que pâtés, rillettes et produits en gelée.

Le botulisme est une intoxication par des toxines émises par une bactérie, Clostridium botulinum.  Les premiers symptômes apparaissent généralement 12 à 36 heures après l’infection : atteinte des nerfs crâniens et paralysie.

Symptômes : troubles visuels, sécheresse de la bouche, paralysie, vomissements, constipation ou au contraire diarrhées…

Aliments en cause : conserves’’ maison’’ souillées par la terre, charcuterie non cuites et poissons.

La brucellose est  une zoonose due à une bactérie du genre Brucella.  La durée d’incubation peut varier de quelques jours à plusieurs mois.

Symptômes : fièvre, maux de tête, douleurs diffuses, sueurs, fatigue.

Aliments en cause : fromage frais, laits de brebis ou de chèvre ou contact avec les animaux.

L’infection à Escherichia coli productrice d’enteretoxines a fait parler d’elle aux États-unis en 1982 où elle a provoqué des épidémies de diarrhées sanglantes suite à la consommation de hamburgers contaminés.  La durée d’incubation est de trois jours.

Symptômes : Diarrhée banale où, le plus souvent, colite hémorragique, qui peut être dangereuse chez l’enfant et les personnes âgées (séquelles rénales et même décès)

Aliments en cause : Viande bovine (hachée surtout) mais aussi daims, moutons, chèvres, chevaux, lait non pasteurisé, jus de fruits, légumes crus.

L’intoxication par Staphylococcus aureus (staphylocoque doré) est due à l’ingestion de toxines staphylococciques. Elle se manifeste après une durée d’incubation courte : de 2 à 4 heures.

Symptômes : nausées, vomissements importants et douleurs abdominales, diarrhées.

Aliments en cause : La contamination des aliments se fait lors de leur préparation par une personne malade ( atteinte de rhino-pharyngite).  Il faut de plus que l’aliment contaminé soit laissé à température ambiante pendant plusieurs heures, afin que la toxine se multiplie.  Cela concerne notamment les sandwichs, les salades, les pâtisseries, les viandes tranchées, etc. La consommation de certains produits laitiers crus (fromages, lait) peut également être en cause.

Le ver solitaire ou taenia est un parasite du tube digestif.  L’incubation est de 2 à 3 mois.

Symptômes : Souvent il n’y a aucun signe.  Éventuellement quelques troubles digestifs peuvent se manifester.  Des pertes de poids surviennent quelquefois.  Des anneaux de ver sont retrouvés dans les selles.

Aliments en cause : viande de boeuf crue ou peu cuite.

La toxoplasmose est due à un parasite qui affecte normalement le chat.

Symptômes : fièvre modérée, douleurs cervicales, éruptions cutanées.  Chez les personnes immunodéprimées et les femmes enceintes, l’infection peut-être grave.

Aliments en cause : l’infection se fait par ingestion d’oeufs après contact avec une litière, mais la consommation de viande (de mouton surtout) peut être en cause.

Citons également le choléra, la fièvre thyphoide, l’hépatite A etc. qui peuvent être d’origine alimentaire.

Les contrôle de tous les points de la chaîne alimentaire doivent être examinés.  Enfin nous devons nous aussi prendre un minimum de précautions : conservation des aliments, lavage, cuisson…Il faut rester vigilant pour manger sans risque !

CONNAISSANCES DE BASE POUR UNE SAINE ALIMENTATION

OBJECTIF SPÉCIFIQUE : Permettre aux fibromyalgiques d’intégrer des connaissances de base sur l’alimentation afin qu’ils puissent améliorer leurs habitudes alimentaires, ce qui pourrait peut-être diminuer leurs symptômes et améliorer leur qualité de vie.

Une chose à ne pas oublier, essayer de boire environ 2 litres d’eau par jour, tout le monde devrait consommer cette quantité.  Cela améliorera votre digestion.

VITAMINE A : Elle sert à protéger contre les infections, les muqueuses des poumons, des voies digestives et voies urinaires.  Elle favorise aussi le développement des tissus  (la cornée, l’intestin et les voies respiratoires).  Elle est nécessaire pour une bonne vision et une bonne structuration des tissus mous et squelettiques.

CARENCE : Sensibilité aux infections, sinusites et autres troubles respiratoires, troubles de la vision (nocturne), sécheresse oculaire et cutanée, insomnie, fatigue, perte d’appétit accompagnée de diarrhée.

OÙ LA RETROUVE-T-ON?  Carottes, choux frisés, cantaloups, abricots, mangues, navets, betteraves, melons, légumes verts, beurre, foie, oeufs, poivrons verts ou rouges, épinards, pomme de terre douces, huile de foie de morue, matières grasses du lait et des fromages.

VITAMINE B 2 : Elle est nécessaire au métabolisme de la vitamine B3 et B6.  Ainsi, elle transforme les aliments en énergie.  Elle est souvent prescrite pour les crampes musculaires répétitives.

CARENCE : Il est rare de constater une carence de cette vitamine.

OÙ LA  RETROUVE-T-ON ?  Foie, oeufs, fruits secs, lait et produits laitiers, volaille, viande de boeuf de porc, coeur et rein d’animaux, levure de bière, pain enrichi, céréales entières.

VITAMINE B3 : Premièrement, une partie des besoins en vitamine B3 est fournie par le tryptophane.  Le tryptophane est un acide animé qui est nécessaire au changement de la sérotonine. On remarque qu’il y a une déficience de cette vitamine chez les fibromyalgiques.  Un déséquilibre peut rendre difficile la réparation normale des muscles.

La vitamine B3 participe à la production d’énergie dans les cellules et elle participe au bon fonctionnement du tube digestif.

CARENCE : Fatigue, perte d’appétit, troubles digestifs.

OÙ LA RETROUVE-T-ON? Viande, poisson, volaille, arachides, pomme de terre, levure de bière, légumineuses, foie, céréales et pain entier.

VITAMINE B8 :  Elle aide à soulager les douleurs musculaires.

CARENCE : Il est rare de constater une carence de cette vitamine.

OÙ LA RETROUVE-T-ON ? Riche dans le foie et les rognons, mais présente en faible quantité dans la plupart des aliments.  Il existe quand même des sources complémentaires tels que : arachides, oeufs, légumineuses, pain entier, fromage et produits laitiers, champignons, pamplemousse, ananas.

VITAMINE B12 : Elle aide au bon fonctionnement du système digestif.

CARENCE : La plupart des cas de carence se manifeste par la mal absorption ou le manque de certains aliments. Fatigue générale, perte d’appétit, constipation, anémie, pertes de mémoire.

OÙ LA RETROUVE-T-ON ?  Foie, oeufs, boeuf, volaille, poisson gras, produits laitiers, beurre, fruit de mer.

VITAMINE C :  Elle joue un rôle dans la résistance des parois vasculaires et dans la production de certains neurotransmetteurs.  Elle est importante pour la croissance et le maintien des os, les ligaments et des vaisseaux sanguins.  Elle favorise l’entretien des tissus.

CARENCE : Vous devez manger beaucoup de fruits et la carence sera rare. Douleurs musculaires, faiblesse, fatigue et courbature.

OÙ LA RETROUVE-T-ON?  Fruits et légumes frais, agrumes, citrons, oranges, poivrons, fraises, pomme de terre, cantaloups, kiwis, chou.

LES SUPPLÉMENTS DE VITAMINES : Ils ne sont pas nécessairement bénéfiques.  Une personne qui varie son alimentation contenant les substances nutritives essentielles, n’a pas besoin de suppléments vitaminiques.  Les substances nutritives sont mieux absorbées quand elles proviennent des aliments que lorsqu’elles proviennent de pilules.

Par contre, les personnes qui ont des troubles de mal absorption digestif de certains aliments pourraient compléter leur alimentation avec certains suppléments.  Il ne faut pas exagérer les doses, sauf s’il y a une déficience de la substance.

LE CALCIUM :  Le calcium est essentiel à la contraction musculaire, au rythme cardiaque et à la coagulation sanguine. Il renforcit les os donc aide à réduire les risques d’ostéoporose et aussi joue un rôle important dans la santé des dents.

CARENCE : Faiblesse musculaire, douleurs dorsales, fractures ou ostéoporose.

OÙ LE RETROUVE-T-ON?  Lait et produits laitiers, yogourt, fromage (cheddar), amandes, haricots, sardines sans arrêtes, figues, brocoli.

LE FER : Il aide à transporter l’oxygène dans le sang et à oxygéner les muscles et sert aussi de nourriture pour le cerveau.

CARENCE : Fatigue excessive et pâleur du teint.

OÙ LE RETROUVE-T-ON?  Une combinaison de viande et de légumes verts est recommandée.  Clams, foie, volaille, poisson, abricots, légumineuses, son d’avoine, jaune d’oeuf, germe de blé, boeuf.

LE POTASSIUM : Il aide pour les contractions musculaires et durant les réactions nerveuses. Il réduit la pression artérielle, prévient les arythmies et les calculs biliaires.

CARENCE : Faiblesse musculaire, la soif et l’apathie.

OÙ LE RETROUVE-T-ON ?  Bananes, abricots séchés, prunes, figues séchées, légumineuses, clams, cantaloups, épinards, betteraves, pommes de terre.

LES GLUCIDES : Les glucides apportent une source d’énergie.  Il est préférable de choisir des aliments non raffinés tel que les fruits, les légumes et les céréales complètes, car les autres dérivés pourraient causer la fatigue, intensifier les douleurs musculaires et peuvent perturber le sommeil.

OÙ LES RETROUVENT-ON?   Pâtes alimentaires, riz, produits céréaliers, avoine, blé, pain et dérivés, pomme de terre, lentilles, fruits, haricots verts, pâtisseries (à éviter), sucres concentrés (miel, mélasse, confitures)

LES FIBRES : Elles préviennent la constipation, abaissent le taux de cholestérol et préviennent divers affections du gros intestins.  Les fibres peuvent aider pour les effets du côlon irritable.  Elles jouent un rôle protecteur contre les maladies cardiovasculaires et le diabète.

OÙ LES RETROUVENT-ON?  céréales All Bran, amandes, pruneaux, pain complet, petit pois, noix, dattes, flocons de maïs, brocoli cuit, épinards, pommes non pelée, son de blé.

LES PROTÉINES : Les protéines sont les principales composantes des tissus musculaires.  Elles sont indispensables aux fonctions vitales de l’organisme.  Mais, il ne faut pas en consommer en trop grande quantité, car l’excédent de celles-ci se transforme en glucose par le foie.

OÙ LES RETROUVENT-ON?   Les plus riches en protéines :  fèves de soya, boeuf, volaille, oeufs, légumineuses, germe de blé, tofu, lait de soya, produits laitiers, pain de  blé entier.

LES MINÉRAUX : Un des minéraux le plus manquant chez les fibromyalgiques est le magnésium. Ainsi, nous parlerons seulement de celui-ci.

Le magnésium est essentiel à la contraction des muscles, à la transmission de l’influx nerveux et à la formation des os.  Il produit de l’énergie dans le corps humain.  Les fibromyalgiques ont un manque de magnésium dans le sang et dans les tissus. Il régularise les taux d’insuline et de sucre dans le sang, construit les protéines et aide adéquatement aux actions enzymatiques de l’organisme.

CARENCE : Si votre alimentation est équilibrée, l’apport en magnésium est convenable.  Sinon, il diminue l’énergie et augmente la faiblesse.  Fatigue inhabituelle, douleurs musculaires, crampes, troubles de sommeil, digestion lente, apathie, stress, anxiété.

OÙ LE RETROUVE-T-ON?  Il se trouve dans la plupart des aliments. Légumes verts, noix, graines, céréales complètes, poissons d’eau salée, fruits de mer, figues, avocats, raisin secs, bananes, laitue, pommes, cantaloup.

 

LES FRUITS ET LÉGUMES

Si on a tendance à se méfier de la viande, on fait souvent pleinement confiance aux fruits et légumes.  Pourtant, eux aussi peuvent porter des germes !  Surtout lorsqu’on les mange crus!

Le principal risque n’est pas d’origine bactérienne.  C’est l’intoxication par passage de polluants dans les aliments.  Ainsi, lorsque le producteur emploie une trop grande quantité de pesticides (ou des pesticides interdits), des résidus risquent de contaminer les fruits et légumes.   De même, les sols  peuvent parfois être trop riches en métaux lourds, qui vont se retrouver dans les végétaux.  Mais la surveillance est très stricte et les teneurs en produits phytosanitaires ou en métaux lourds sont sévèrement contrôlées.  Si vous n’avez pas confiance, optez pour les produits issus de l’agriculture biologique : les producteurs doivent utiliser ni engrais, ni pesticides d’origine chimique.

Un autre risque lié aux fruits et légumes concerne les moisissures.  Si le stockage entre la récolte et la vente ne s’effectue pas dans de bonnes conditions, des champignons peuvent se développer à la surface des fruits et des légumes.  Or certains fabriquent de véritable poison pour l’homme : les mycotoxines.  Certains aliments sont ainsi traités pendant le stockage, afin d’éviter les risques.

PRENEZ VOS PRÉCAUTIONS!

Lors de vos achats, ne traumatisez pas les fruits : évitez de les tâter et posez-les sur le dessus de votre panier.  Sortez-les de leur sac plastique avant de les stocker, pour éviter la condensation (qui favorise le pourrissement).  Vérifiez régulièrement dans le bac à légumes qu’il n’y en a pas de gâtés.  Nettoyez bien le plan de travail et ustensiles que vous avez utilisés pour ces végétaux.  Lavez avec application légumes que vous consommez crus et fruits que vous mangez tels quels (fraises, abricots, cerises). N’hésitez pas à éplucher ceux pour lesquels c’est possible!

  • Les fruits et légumes frais maintiennent notre corps en santé.
  • En moyenne, il faut consommer entre 5 à 10 portions de fruits et légumes par jour.  Essayez de choisir 3 fruits de couleurs différentes et 3 légumes de couleurs différentes.
  • De bon fruits qui apportent des vitamines A, C et du fer : pommes, pêches, carottes, choux et oranges.
  • Les crudités et jus de légumes au début des repas, favorise le travail du foie.
  • Les jus de légumes sont bons pour la santé
    • Jus rouge (betterave), aide à la circulation
    • Jus jaune (carotte), stimule la circulation du sang dans l’estomac et dans les tissus intestinaux.
    • Jus vert (légumes verts), aide au processus de digestion et d’assimilation

     

À ÉVITER

Certaines personnes fibromyalgiques sont sensibles à la caféine, aux produits laitiers et à l’alcool.  Alors, éviter le café et l’alcool.

Tout ce qui contient de l’huile (pâtisserie, friture…)

La nourriture avec additifs tels que le MSG (mono sodium glutamate), l’aspartame, sulfites (sel de l’acide sulfureux) et nitrites (sel de l’acide nitreux).

Le MSG renforce la saveur des aliments.  Il est souvent utilisé dans les restaurants chinois (ex : buffet à volonté). Symptômes du MSG : mal de tête, nausées, vomissements, diarrhée, faiblesse et éruption de la peau.

CONCLUSION : Les habitudes alimentaires des fibromyalgiques ne doivent pas être trop sévère.  Il ne faut pas une diète restrictive, contrairement à ce que plusieurs semblent croire.

Il faut seulement choisir des aliments variés et faciles à trouver. Vous n’avez qu’à regarder votre guide alimentaire canadien.  Aimantez le à votre réfrigérateur, peut-être que cela vous aidera.

Prenez soin de vous, sans vous privez et gâtez-vous de temps à autres.

Attention aux aliments suivants.

  • Charcuteries, marinades, aliments fumés
  • Fritures, aliments carbonisés
  • Boissons gazeuses et boissons sucrées
  • Malbouffe, combinaison lait et chocolat
  • Oméga 6 qui se retrouve dans les huiles de tournesol, d’arachide et les gras trans.
  • Les multi-vitamines accroissent le risque de cancer.

À LIMITER

Viande rouge – boeuf, porc et agneau – Aliments salés – Alcool

QUELQUES CONSEILS POUR L’ALIMENTATION

 

  • Mastiquez bien vos aliments et mangez lentement
  • Prenez un bon déjeuner en valeurs nutritives
  • Optez pour une diète qui contient 50% des aliments crus et des jus de fruits ou légumes frais.
  • Limitez les viandes, les produits laitiers et les autres aliments riches en matières grasses saturées, car elles augmentent le niveau de cholestérol.
  • Évitez les dérivés du blé (son et crème de blé), car ils ont tendance à irriter le côlon.
  • Limitez votre consommation de poivrons verts, d’aubergines, de tomates et de pommes de terre blanches, car elles peuvent causer des douleurs et des malaises.
  • Prenez quotidiennement du yogourt (Activa) pour prévenir la production de la candidose (mycose, affection) relativement commune à la fibromyalgie.
  • Si vous soupçonnez être sensibles à certains aliments, tenez-vous un registre de ce que vous mangez.  Notez comment vous vous sentez.  Si cela persiste, consulter votre médecin

QUELQUES INDICES POUR RÉDUIRE LES GRAS ET AUGMENTER LES FIBRES.

  • Mangez plus de poulet et de poisson, moins de viande rouge
  • Enlevez le gras à l’extérieur et enlevez la peau de la volaille
  • Modérez l’utilisation des organes dans la viande (le foie, les reins, les cerveaux) et les jaunes d’oeufs.
  • Grillez au barbecue ou rôtir au lieu de les frire
  • Enlevez le gras des ragoûts et des soupes
  • Utilisez les produits laitiers avec du lait sans gras ou faibles en gras
  • Utilisez du beurre, de la margarine et des huiles avec modération dans la cuisson.
  • Mangez une variété de fruits et de légumes, crus ou légèrement cuits.
  • Buvez beaucoup d’eau pour aider à faire passer les fibres.

CONSEILS

PRENEZ DES ALIMENTS ACIDES LE MIDI

Tout ce qui concerne les matières grasses, les protéines animales, les sucres et aliments sucrés, les légumineuses et les boissons alcoolisées.

Blé, orge, avoine, riz, pains, pâtes, noix, viandes, volailles, poissons, fromages.

PRENEZ DES ALIMENTS ALCALINS LE SOIR

Tout ce qui concerne les légumes, les fruits et autres.

Tofu, lait fermenté, fromage cottage sec, poulet blanc, tisanes, vinaigre de cidre de pomme, épices, algues, graines de lin, de courge et de tournesol.

AUTO-TEST

1-Bien que les femmes soient souvent plus petites que les hommes, elles ont besoin de certains nutriments en plus grandes quantités.     VRAI OU FAUX

VRAI. Peu importe leur poids, les femmes ont des besoins plus élevés que les hommes en certains éléments nutritifs.  Les étapes de la vie que traversent les femmes (menstruations, grossesses, diminution des hormones à la ménopause)  les rendent plus susceptibles de développer des problèmes de santé reliés à la nutrition, tels que la déficience en fer et l’ostéoporose.

2- Les femmes sont plus susceptibles de faire de l’embonpoint que les hommes.  VRAI OU FAUX

FAUX. Les hommes présentent plus souvent des problèmes d’embonpoint mais ce sont les femmes qui subissent le plus de pressions pour rester mince.  Le tiers des femmes qui ont un poids santé se croient malgré tout trop grosses!

3-Si vous faites de l’embonpoint, perdre du poids sera toujours meilleur pour votre santé. VRAI OU FAUX

FAUX. Il n’est pas toujours bon pour la santé de perdre du poids, surtout si votre poids monte et descend sans arrêt et de façon importante.  Cet effet yo-yo pourrait être dangereux pour votre santé et votre bien-être.  Si  votre poids fluctue autant, il pourrait être plus sain d’abandonner les régimes et de vous appliquer à manger sainement et à vous dépenser plus physiquement.

4-Les maladies du coeur sont la cause no. 1 de décès chez les femmes.  VRAI OU FAUX.

VRAI.  Au Canada, les maladies du coeur sont la principale cause de décès chez les femmes, et particulièrement chez les femmes âgées, faisant environ 37 000 victimes chaque année.  Les femmes développent des problèmes cardiaques environ 10 ans après les hommes mais, en fin de compte, ces problèmes se révèlent tout aussi importants.

5- Si vous devez diminuer votre cholestérol sanguin, la meilleure stratégie est d’éviter complètement les aliments riches en cholestérol.  VRAI OU FAUX

FAUX.  La clé pour diminuer le cholestérol sanguin est de consommer moins de gras, surtout de gras saturés, et de consommer plus de glucides complexes sous forme de produits céréaliers.  Les aliments riches en fibres tels que les produits céréaliers à grains entiers, les légumineuses, les légumes et les fruits sont eux aussi importants.

6-Certains types de cancer pourraient avoir un lien avec une alimentation riche en gras. VRAI OU FAUX

VRAI.  Nous n’avons pas encore toutes les données en main, mais il semble qu’une alimentation plus faible en gras, comme celle que recommande le guide alimentaire canadien pour manger sainement, pourrait diminuer le risque de développer certains cancers et maladies du coeur.

7- Les femmes devraient prendre des suppléments de calcium afin de prévenir l’ostéoporose, une maladie dégénérative des os. VRAI OU FAUX

FAUX.  La plupart des femmes n’ont pas besoin de prendre des suppléments de calcium.  Les aliments, en particulier les produits laitiers, sont notre meilleure source de calcium et peuvent facilement nous procurer les quantités de calcium recommandées.  Une consommation de calcium plus élevée que ces quantités ne vous protègera pas davantage contre l’ostéoporose.

8-Deux portions de produits laitiers peuvent fournir presque tout le calcium dont une femme a besoin à chaque jour.  VRAI OU FAUX

VRAI.  Les femmes adultes ont besoin de 700 à 800 milligrammes de calcium chaque jour.  Une portion de produits laitiers (1 tasse/250 ml de lait, ¾ tasse/175 ml de yogourt nature, 1½ oz/50 grammes de fromage à pâte ferme) procure en moyenne 300 milligramme de calcium.  D’autres aliments tels que le saumon et les sardines en conserve (avec les arêtes), le brocoli, les amandes et les légumineuses peuvent contribuer à votre apport en calcium, mais en plus petites quantités.

9- Les femmes qui suivent un régime amaigrissant pourraient avoir de la difficulté à consommer suffisamment de fer.  VRAI OU FAUX

VRAI.  On recommande aux femmes de consommer 13 milligrammes de fer chaque jour.  Les études scientifiques ont montré que les gens mangent en moyenne 5 à 6 milligrammes de fer pour chaque 1000 calories qu’ils  consomment.  À ce rythme-là, même pour la moyenne des femmes, qui rencontrent leurs besoins en énergie avec 1900 à 2000 calories par jour, consommer assez de fer chaque jour est un défi.

10-Le type de fer le plus facilement utilisable par notre corps se trouve dans les viandes, volailles et poissons.  VRAI OU FAUX

VRAI.  Le fer « hémique », que l’on retrouve dans les viandes, volailles et poissons, est le type de fer le mieux absorbé et le mieux utilisé par notre corps.  L’autre type de fer, le fer « non hémique », n’est pas aussi bien absorbé.  On le trouve dans les légumes vert foncé, les céréales à grains entiers, les produits céréaliers enrichis, les légumineuses, les oeufs et, en plus, dans les viandes, volailles et poissons.  On peut améliorer l’efficacité du fer non hémique en l’accompagnant d’aliments riches en vitamines C au même repas.

ALIMENTS, ALIMENTS DIS-MOI…

Aliments anticancéreux : Le curcuma (en combinaison avec le poivre noir) est l’aliment anti-cancer par excellence.  De plus, s’il est pris au même repas que le thé vert, son effet sur la mort des cellules cancéreuses augmente  d’environ 325%. Les légumes crucifères (chou pommé, brocoli, chou-fleur, chou de  Bruxelles), ail et oignon, petits fruits, raisins, agrumes, acides gras Oméga-3  sardine, maquereau, saumon, hareng, truite, graines de lin, noix de Grenoble, huile de noix et huile de canola), soja, vin rouge, chocolat noir à 70%, tomate (concentré), champignons, yogourt probiotique, algues sont aussi dans la liste des aliments anticancéreux.

ALIMENTS BÉNÉFIQUES (SELON FQC)

  • Abricot, ananas, anis, artichaut, asperge, aubergine, avocat.
  • Banane, basilic
  • Canneberge séchée, cantaloup, câpres, carotte, céleri, cerise, chou chinois, clou de girofle, coriandre, cresson
  • Épinard
  • Fenouil, fève rouge
  • Gingembre
  • Huile d’olive
  • Kiwi
  • Laitue, lentilles, luzerne
  • Mangue, melon d’hiver
  • Nectarine
  • Orge
  • Pastèque, patate douce, pêche, persil, piment chili, poire, poivron rouge et vert.
  • Son de blé
  • Thé noir, thym.

TABLEAU REPRÉSENTANT LES ALIMENTS ET LEURS BIENFAITS.

Pomme

Protège le

coeur

Prévient la

constipation

Combat la diarrhée

Améliore la capacité des

poumons

Protège les

jointures

Abricot

Combat le cancer

Contrôle la tension artérielle

Protège la vue

Protège contre la maladie d’Alzheimer

Ralentit le vieillissement

Artichaut

Aide la digestion

Abaisse le cholestérol

Protège le coeur

Stabilise le taux de sucre dans le sang

Protège contre la maladie du foie

Avocat

Combat le diabète

Abaisse le cholestérol

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Contrôle la tension artérielle

Lisse la peau

Banane

Protège le coeur

Calme la toux

Renforcit les os

Contrôle la tension artérielle

Combat la diarrhée

Fève

Prévient la constipation

Aide à combattre les hémorroïdes

Abaisse le cholestérol

Combat le cancer

Stabilise le taux de sucre dans le sang

Betterave

Contrôle la tension artérielle

Combat le cancer

Renforcit les os

Protège le coeur

Aide à maigrir

Bleuet

Combat le cancer

Protège le coeur

Stabilise le taux de sucre dans le sang

Améliore la mémoire

Prévient la constipation

Brocoli

Renforcit les os

Protège la vue

Combat le cancer

Protège le coeur

Contrôle la tension artérielle

Chou

Combat le cancer

Prévient la constipation

Aide à maigrir

Protège le coeur

Aide à combattre les hémorroïdes

Cantaloup

Protège la vue

Contrôle la tension artérielle

Abaisse le cholestérol

Combat le cancer

Aide le système immunitaire

Carotte

Protège la vue

Protège le coeur

Prévient la constipation

Combat le cancer

Aide à maigrir

Chou-fleur

Protège contre le cancer de la prostate

Combat le cancer du sein

Renforcit les os

Aide les ecchymoses à guérir

Protège contre les maladies du coeur

Cerise

Protège le coeur

Combat le cancer

Élimine l’insomnie

Ralentit le vieillissement

Protège contre la maladie d’Alzheimer

Châtaigne

Aide à maigrir

Protège le coeur

Abaisse le cholestérol

Combat le cancer

Contrôle la tension artérielle

Germe de blé

Combat le cancer du côlon

Prévient la constipation

Abaisse le cholestérol

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Améliore la digestion

Melon d’eau

Protège la prostate

Aide à maigrir

Abaisse le cholestérol

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Contrôle la tension artérielle

Piment rouge

Aide la digestion

Soulage le mal de gorge

Dégage les sinus

Combat le cancer

Stimule le système immunitaire

Figue

Aide à maigrir

Abaisse le cholestérol

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Combat le cancer

Contrôle la tension artérielle

Poisson

Protège le coeur

Améliore la mémoire

Protège le coeur

Combat le cancer

Aide le système immunitaire

Lin

Aide la digestion

Combat le diabète

Protège le coeur

Bénéfique pour la santé mentale

Stimule le système immunitaire

Ail

Abaisse le cholestérol

Contrôle la tension artérielle

Combat le cancer

Tue les bactéries

Combat les champignons

Pample-mousse

Protège contre les crises de coeur

Aide à maigrir

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Combat le cancer de la prostate

Abaisse le cholestérol

Raisin

Protège la vue

Combat les pierres au rein

Combat le cancer

Améliore la circulation sanguine

Protège le coeur

Thé vert

Combat le cancer

Protège le coeur

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Aide à maigrir

Tue les bactéries

Miel

Aide les blessures à guérir

Aide la digestion

Protège contre les ulcères

Donne de l’énergie

Combat les allergies

Citron/lime

Combat le cancer

Protège le coeur

Contrôle la tension artérielle

Lisse la peau

Élimine le scorbut

Mangue

Combat le cancer

Améliore la mémoire

Régularise la glande thyroïde

Aide la digestion

Protège contre la maladie d’Alzheimer

Champignon

Contrôle la tension artérielle

Abaisse le cholestérol

Tue les bactéries

Combat le cancer

Renforcit les os

Avoine

Abaisse le cholestérol

Combat le cancer

Combat le diabète

Prévient la constipation

Lisse la peau

Son

Combat le cancer du côlon

Prévient la constipation

Abaisse le cholestérol

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Améliore la digestion

Yogourt

Protège contre les ulcères

Renforcit les os

Abaisse le cholestérol

Aide le système immunitaire

Aide la digestion

Huile d’olive

Protège le coeur

Aide à maigrir

Combat le cancer

Combat le diabète

Lisse la peau

Oignon

Réduit les risques de crisescardiaques

Combat le cancer

Tue les bactéries

Abaisse le cholestérol

Combat les champignons

Orange

Aide le système immunitaire

Combat le cancer

Protège le coeur

Aide la respiration

Pêche

Prévient la constipation

Combat le cancer

Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires

Aide la digestion

Aide à combattre les hémorroïdes

Arachide

Protège contre les maladies du coeur

Aide à maigrir

Combat le cancer de la prostate

Abaisse le cholestérol

Favorise les diverticulites

Ananas

Renforcit les os

Soulage les symptômes du rhume

Aide la digestion

Élimine les verrues

Combat la diarrhée

Prune

Ralentit le vieillissement

Prévient la constipation

Améliore la mémoire

Abaisse le cholestérol

Protège contre les  maladies du coeur

Riz

Protège le coeur

Combat le

diabète

Combat les pierres au rein

Combat le cancer

Aide à prévenir

les accidents cérébro-vasculaires

Fraise

Combat le cancer

Protège le coeur

Améliore la mémoire

A un effet calmant

Patate douce

Protège la vue

Agit sur le moral

Combat le cancer

Renforcit les os

Tomate

Protège la prostate

Combat le cancer

Abaisse le cholestérol

Protège le coeur

Noix

Abaisse le cholestérol

Combat le cancer

Améliore la mémoire

Agit sur le moral

Protège contre les maladies du coeur

Eau

Aide à maigrir

Combat le cancer

Combat les pierres au rein

Lisse la peau

RÉGIME SEIGNALET (Populaire en Europe)

C’est un régime dit ancestral (ou originel), on est censé manger un peu comme l’homme préhistorique, qui a vécu il y a 30 ou 20 mille ans.  Son principe de base : l’extrême importance de la nutrition. Sans rapport avec  la quantité, Jean Seignalet s’attache à l’aspect qualitatif.

Il recherche les aliments qui nous conviennent et ceux qui, parce qu’ils ne nous conviennent pas, provoquent des maladies de plus en plus fréquentes.

Ces maladies que Jean Seignalet dit ‘’d’encrassage’’ : acné, fibromyalgie primitive, arthrose, migraine, psychose maniaco-dépressive, dépression nerveuse endogène, diabète de la maturité, spasmophilie, psoriasis etc…

Pour traiter toutes ces affections, un régime unique et difficile à suivre, d’autant qu’il doit être respecté à vie :

  1. Supprimez tous les laits animaux (vache, chèvre, brebis) et de leurs dérivés (beurre, fromage, crème, yaourt, glace.)
  2. Exclusion des céréales mutées (blé, mais, seigle, orge, avoine) et consommation des céréales non mutées (riz, sarrasin, sésame)
  3. Consommez des produits soit crus, soit cuits à une température inférieure à 110oC
  4. Exclusion des huiles extraites à chaud et/ou cuites au profit des huiles vierges consommées crues.
  5. Consommez sel et sucre complets et ayez une préférence bien sûr pour les aliments biologiques qui contiennent moins de produits toxiques de type pesticide.
  6. Enfin une supplémentation en vitamines et minéraux à doses physiologiques en proportions harmonieuses, est recommandée, à voir avec votre médecin traitant.

Bien sûr, il y a des témoignages qui assurent une amélioration de santé, voire  une guérison.  Mais il y a aussi l’autre côté de la médaille, professeur, médecin qui critique ce régime. ‘’ Il est des régimes comme des modes, ils naissent, fleurissent et passent. Pour l’instant le régime Seignelet est en pleine floraison.  Décliné dans une bible de 500 pages, il fait le bonheur des libraires (car le livre se vend bien!).’’  Les principes fondamentaux en sont les suivants : exclusion des céréales (sauf le riz et le sarrasin), exclusion des laits animaux et de leurs dérivés, consommation de beaucoup de produits crus, utilisation d’huiles vierges, préférence, chaque fois que possible, pour les produits biologiques.

Premier fait unique et remarquable, ce régime peut être appliqué avec succès à des dizaines de maladies, allant de la polyarthrite rhumatoïde aux cancers et leucémies en passant par les maladies auto-immunes thyroïdiennes, sclérose en plaque etc……En fait il serait moins long de recenser les maladies qui ne relèvent pas de ce régime.  Ce régime repose essentiellement sur la théorie de l’encrassage cellulaire. Ce mot pourrait être présenté comme un terme de vulgarisation, mais de fait il est incorporé dans une théorie pseudo-scientifique. Ici, il n’y a aucune étude contrôlée, une simple affirmation, une observation quasi-miraculeuse ou des exemples édifiants permettent de conclure à l’efficacité de la méthode.

AUTRE CRITIQUE
Sur les céréales

C’est un sujet très controversé car les céréales sont des aliments très riches en vitamines, et autres minéraux alors pourquoi Seignalet voudrait les éliminer de notre alimentation?

Il mentionne qu’ils seraient diétotoxiques en fait, ils contiennent de l’acide phytique qui empêche l’assimilation de leur nutriment  or le simple fait de faire tremper les céréales détruit une grande partie de cet acide et règle le problème.

Le lait
Il ne fait pas la différence entre le cuit et le cru, ce qui est un manque à son analyse.

De plus ces deux aliments ont été la base de l’alimentation de beaucoup de peuples et leur on permis de survivre. Alors pourquoi supprimer des aliments aussi nutritif (quand ils sont bien préparés) surtout s’il faut par la suite se supplémenter pour les remplacer.

La viande
Il est illusoire de penser, qu’actuellement, on peut trouver de la viande absolument propre : il faut le faire cuire au moins à la vapeur.  Sinon, on peut le manger sous forme d’un carpaccio, mais il faut alors le saler et le faire mariner dans du citron pendant 2-3 heures : ça désinfecte.

Il est possible que vous entendiez parler du régime Seignalet, au Canada, alors sachez  que ce régime est comme la plupart très controversé.

LE POUVOIR DES HERBES

Herbes et épices, ont de tout temps été recherchées tant pour le plaisir des sens olfactifs et gustatifs que pour leurs effets thérapeutiques.  A son origine le mot ‘’épices’’ désignait les produits exotiques venus des pays lointains par voie maritime ou par les caravanes de la ‘’ route des épices’’.  Leur utilisation était surtout médicinale et accessoirement culinaire.

MENTHE– Cette herbe assaisonne légumes, viande, gibier et crème glacée.  Elle est délicieuse mélangée au citron et aromatise bien les vinaigrettes.  Son odeur vive dévoile tout de suite ses vertus toniques et stimulantes.  Il est même préférable de ne pas en consommer trop le soir, sous peine d’insomnie.  Elle favorise aussi la digestion gastrique.  Mâcher quelques feuilles de menthe rafraîchit l’haleine, et aseptise aussi la bouche dans le cas d’une inflammation gingivale légère.  Elle est active aussi sur les crampes digestives, les nausées et les spasmes intestinaux.  Elle limite les fermentations intestinales et soigne les ballonnements.

PERSIL– Il existe 3 espèces principales de persil : le persil frisé, le persil plat (dont la saveur est moins amère) et le persil bulbeux (cultivé pour ses racines blanches).  Le persil est un des éléments du bouquet garni.  Il est extrêmement riche en vitamine C et en carotène (plus que l’orange), un excellent duo antioxydant pour lutter contre les effets du stress, du vieillissement et des excès de soleil.  En complément, il contient aussi un peu de fer, ce qui le rend tonique et antianémique, à manger donc en période de croissance.  Riche en chlorophylle, il purifie l’haleine efficacement.

BASILIC Herbe très utilisée dans les cuisines méditerranéenne, thaïlandaise et vietnamienne.  Ses feuilles sont de couleur verte, rougeâtre ou pourpre.  Le basilic est l’herbe par excellence pour relever les tomates et les pâtes alimentaires.  Il aromatise délicatement l’huile.  On peut mettre le basilic dans le bac à glaçons recouvert de liquide et ajouter ces cubes aux soupes, sauces et ragoûts.  Sa particularité est de soulager les douleurs digestives dues à des spasmes gastriques ou intestinaux, notamment après des repas lourds et riches en viandes, fromages, fritures et féculents.  Il semble qu’il améliore aussi l’humeur et soit légèrement euphorisant.

THYM  -Plante aromatique originaire de la région méditerranéenne. Le thym se marie bien avec sauces, oeufs, légumes, farces, viandes et poissons grillés. Frais ou séché, il résiste bien à la cuisson : c’est le compagnon idéal des ragoûts, civets, soupes, cassoulets, daubes, sauces tomate et courts-bouillons.  Le thym aromatise bien le vinaigre. Antiseptique puissant et expectorant (il facile la toux), il est particulièrement indiqué en cas de maux de gorge, refroidissement, enrouement et rhume.  C’est aussi un antifatigue remarquable.

SAUGE – La saveur piquante de la sauge aromatise de nombreux aliments.  On utilise la sauge en France avec les viandes blanches, le rôti de porc et les soupes de légumes;  en Allemagne, elle parfume le jambon, les saucisses et la bière; en  Angleterre, on l’incorpore dans les farces et les sauces; en Italie, elle est indispensable dans le saltimbocca, l’osso bucco et les paupiettes; en Chine, elle accompagne le mouton rôti et parfume le thé.  La sauge facilite la digestion des aliments gras et est réputée pour ses propriétés médicinales.  La feuille de sauge est riche en flavonoides et en huile essentielle qui lui donne son goût épicé et son odeur aromatique.  C’est un cholérétique, c’est-à-dire qu’elle stimule les sécrétions de la vésicule biliaire.   Ses propriétés lui permettent d’être particulièrement utile pour soigner les troubles digestifs : digestion lente et difficile, ballonnement, fermentations intestinales, renvois d’air.  La présence de phytoestrogènes permet de conseiller la sauge chez les femmes présentant des règles irrégulières et douloureuses et  pour diminuer les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, sueurs excessives, etc.)

ORIGAN – Propriétés et indications : Antiseptique et antitoxique, antimicrobien et antiviral expectorant pulmonaire, tonifiant du système nerveux, parasiticide.  Précieux allié dans la grippe et comme stimulant des défenses naturelles.

MARJOLAINE – Propriétés et indications : Anti-infectieuse bactéricide, antispasmodique par équilibration du système parasympathique, énergétisante.

ROMARIN – Propriétés et indications : Antiseptique, antispasmodique, antirhumatismal, cicatrisant, détoxicant, diurétique, tonique cardiaque et stimulant général, draineur spécifique hépatique et biliaire.  Augmente la sécrétion de bile et facilite son écoulement.  Particulièrement indiqué dans l’hépatisme, l’insuffisance biliaire, les dyskinésies biliaires, les digestions lentes.

LAURIER (FEUILLES) – Propriétés et indications : plante tonifiante et énergétisante, elle est de plus : anti-infectieuse, anti-virale, à utiliser pour les infections et inflammations de la bouche, les infections cutanées, pulmonaires et certaines maladies génito-urinaires.  Anti-inflammatoire elle permet, accélère le processus de guérison post infectieux et la cicatrisation au niveau bouche, gorge, peau.

ESTRAGON  – Propriétés et indications : doit sa renommée à son efficacité pour chasser les gaz et les fermentations.  Antispasmodique conseillée dans l’aérophagie, les digestions lentes, les gastrites, et tous les troubles neuro-végétatifs en rapport avec le plexus solaire, le mal des transports.  Elle possède de plus une activité anti-infectieuse bactérienne et virale qui explique son efficacité dans les fermentations digestives.

LE TABLEAU DE LA VALEUR NUTRITIVE (SUR L’ÉTIQUETTE)

Le tableau de la valeur nutritive vous aide à faire des choix éclairés. Sur l’étiquette, il est plus présent, plus facile à repérer, plus facile à lire. Le tableau de la valeur nutritive correspond à une quantité déterminée d’aliment.  Comparez cette quantité à celle que vous consommez.

Utilisez le % de la valeur quotidienne pour vérifier si un aliment contient beaucoup ou peu d’un nutriment particulier.

L’information nutritionnelle présentée sur les étiquettes des aliments vous aidera à :

  • Comparer plus facilement les produits
  • Vérifier la valeur nutritive d’un aliment.
  • Mieux respecter certains régimes spécifiques
  • Augmenter ou diminuer l’ingestion d’un nutriment particulier.

L’INFORMATION NUTRITIONNELLE SUR LES ÉTIQUETTES DES ALIMENTS.

Consultez le tableau de la valeur nutritive, la liste des ingrédients et les allégations nutritionnelles pour faire pour faire des choix éclairés.

Santé Canada  réglemente les critères à respecter avant qu’une allégation nutritionnelle puisse être utilisée sur une étiquette ou dans la publicité d’un aliment.

Une allégation fait ressortir certaines caractéristiques nutritionnelles d’un aliment.  Recherchez l’un des mots suivants :

Sans, léger, moins de, plus de, teneur réduite, faible teneur, source très élevée, plus faible teneur, source de, source élevée, bonne source, excellente source.

Une allégation peut aussi faire ressortir une relation entre l’alimentation et une maladie, par exemple :

  • Une alimentation saine riche en une variété de légumes et de fruits peut aider à réduire le risque de certains types de cancer;
  • Une alimentation saine pauvre en acides gras saturés et trans peut réduire le risque de maladies cardiaques.

 Les ingrédients doivent apparaître en ordre décroissant, en fonction de leur poids ;

 La liste des ingrédients est une importante source de renseignements pour les personnes souffrant d’allergies ou celles qui désirent éviter certains ingrédients en raison de leurs croyances.

Suivez le Guide alimentaire canadien pour manger sainement.  Consultez le tableau de la valeur nutritive pour faire des choix santé.  Mangez bon, mangez bien. Bougez.  Pour plus d’informations :

www.santecanada.gc.ca/etiquetagenutritionnel

RECETTES

Lorsque la température se rafraîchit,  quoi de mieux que siroter ce cidre chaud épicé.  Il est savoureux et dépourvu de gras, et il se prépare en quelques minutes!

Cidre chaud à l’orange  Prép. : 5 min.   Total : 25 min.

4 L de cidre de pomme
1 sachet (1/2 paquet de 26.8 g) de préparation pour boisson hypocalorique Cristal Léger
au pamplemousse et à la tangerine
4 bâtons de cannelle
2 c.à thé de clous de girofle entiers
½ c. à thé de muscade moulue

Mettre tous les ingrédients dans une grande casserole.  Chauffer à feu doux 20 min ou jusqu’à ce que le mélange soit bien chaud, en remuant de temps à autre. (Ne pas porter à ébullition.)

Enlever les bâtons de cannelle et les clous de girofle; les jeter. Servir chaud.

Donne 16 tasses de 250 ml chacune.


Muffins aux canneberges pour le déjeuner
(Version santé Universanté)

¾ tasse du gruau Vieux Moulin
½ tasse de céréales Red River non cuite.
(La céréale Red River est un mélange de blé concassé, seigle concassé et lin concassé et entier, en vue d’obtenir une céréale chaude, ½ tasse de céréales Red River contient 11g de protéines, 5g de gras et 54g de glucides dont 11,4g de fibres! Je vous encourage fortement à découvrir cette céréale à votre épicerie mais…faute de produit, remplacez les Red River par une crème de blé ou du son d’avoine).
1 tasse de lait écrémé
1 tasse de farine de blé entier au lieu de tout usage Robin Hood
¾ tasse de cassonade tassée Sugar Twin ou du sucralose (Splenda)
1 c.à thé de poudre à pâte (sans alun de préférence)
¾ c. à thé de bicarbonate de soude
½ c. à thé de sel
1 oeuf oméga-3 de préférence
1/3 tasse de margarine Becel ou une margarine non hydrogénée et faible en gras saturés.
1 tasse de canneberges fraîches ou surgelées

Chaque muffin apporte 118 cal et fournit 4 g de protéines, 18 g de glucides et moins de 1c. à thé de gras.  Les gras présents sont surtout des bons gras!  Le lin présent dans la céréale Red River ainsi que les gras fournis par l’oeuf oméga-3, apporte une quantité intéressante d’acides gras oméga-3, réputés pour prévenir les maladies cardio-vasculaires et renforcir le système immunitaire.

Chaque muffin est également une source de fibres alimentaires.

Diane Chagnon, diététiste. Service de santé


Soupe aux lentilles

1 tasse de lentilles
¼ tasse d’orge (mondé de préférence, l’orge mondé est de l’orge perlé qui n’a pas perdu son écorce extérieur, cette écorce est riche en fibre)
2 carottes en cubes
½ tasse de navets en cubes
3 c. à table de tamari ou miso (le tamari ressemble à la sauce soya, mais elle est fait d’une façon plus naturelle, très salé, il faut néanmoins l’utiliser avec modération)
2 c.à table d’huile (première pression de préférence)
6 tasses d’eau
1 oignon coupé en dés
1 ou 2 branches de céleri
fèves vertes en cube au goût (facultatif)
basilic, thym au goût
persil frais haché.

Porter l’eau à ébullition, ajouter l’orge mondé bien lavé au préalable, cuire 30 minutes.  Ajouter les lentilles, laisser mijoter 30 minutes, ajouter les légumes, l’huile, les épices.  On peut laisser les légumes un peu croustillants, mais les légumineuses doivent être bien cuite.

*Les huiles, celle qui sont marqué première pression, sont des huiles plus saines, naturelle, et en plus ont un goût plus prononcé, en général, ces huiles ont un point de fumé moins élevé que les huiles commercial (point de fumé=juste avant qu’elle brûle) mais sont bien plus nutritives! Prix plus élevé, mais ça en prends moins…Et, si en plus, sur la bouteille, c’est marqué pression à froid, ce qui veux dire que les grains n’ont pas été chauffé et on conservé alors toutes leurs vitamines…alors vous aurez la meilleure huile!

Servir cette soupe avec du pain au blé ou complet.


Soupe aux épinards

1 oignon émincé
1 gousse d’ail émincée
1 paquet d’épinards frais ou surgelés
2 pommes de terre en tranches
1 tasse (250ml) de yogourt nature à 1% m.g. (matière grasse)
1 c. à thé (5g) de muscade
Sel, poivre et paprika au goût
2 tasses (500ml) de bouillon de poulet F.T.C. (faible teneur en calorie)

Faire revenir l’oignon et l’ail dans une poêle enduite de « Pam ».  Laver les épinards, les ajouter à l’oignon et à l’ail.
Cuire quelques minutes à feu doux.  Ajouter les pommes de terre et le bouillon de poulet.  Porter à ébullition; réduire le feu, laisser mijoter 8 minutes.  Réduire en purée au mélangeur.
Réchauffer; ajouter le yogourt et la muscade.  Poursuivre la cuisson sans laisser bouillir.  Saler et poivrer au goût.

Servir en garnissant d’un peu de paprika.

(Recettes du Québec – Cette recette est une gracieuseté du site Minçavi.com)


Soupe copieuse aux tomates et légumes    (peut servir de soupe-repas)

-10 oz/284 ml (1 boîte) de condensé aux tomates (25 % moins de sel)
-900 ml (1 contenant) de bouillon de poulet prêt à servir (25% moins de sel)
-1,2 L (5 tasses) de légumes frais ou surgelés, coupés (tels carottes, pois, céleri, pomme
de  terre, fèves vertes et poivrons rouges)
– 3 ml (1/2 c. à thé) de feuilles d’orégan séchées, broyées
– 1 ml (1/4 c. à thé) poudre d’ail
– 125 ml (1/2 tasse) pâtes fusilli non cuites.

Porter à ébullition le bouillon, la soupe, les légumes, l’orégan et la poudre d’ail dans un poêlon de grandeur moyenne.
Ajouter les pâtes.
Faire mijoter jusqu’à ce que les légumes et les pâtes soient tendres – environ 20 minutes, remuer de temps à autre.

Valeur nutritive par portion :

Calories : 127                                      Protéines : 5g
Lipides : 0.4g                                      Gras saturé : 0g
Cholestérol alimentaire : 0mg               Glucides : 26 g
Fibres alimentaires : 4g                        Sodium : 643 g
Potassium : 258g

Cette recette est une gracieuseté de la Campbell Company of Canada.

La Fondation des maladies du coeur remercie sincèrement la Compagnie Campbell du Canada, commanditaire de notre section Recettes.


Poulet rôti au BBQ et patate douce en purée  

Le poulet rôti et les patates douces font un repas réconfortant facile à préparer.  Réservez un peu de poulet et de patate douce en purée pour préparer la pizza au poulet et à la patate douce  le lendemain. (Recette suivante)

Poulet :                     5 poitrines de poulet, avec l’os, coupées  en moitié
50 ml (1/4 tasse) sauce BBQ
Poivre au goût

Patate douce :            1500 ml (6 tasses) patate douce en dés
25 ml (2 c. à table) margarine non-hydrogénée
1 ml (1/4 c. à thé) sel
Poivre au goût

Préchauffer le four à 180 C (350 F)

Découper le poulet et le placer dans un grand bol.  Enrober de sauce BBQ et de poivre et placer dans un grand plat à cuisson en verre.  Cuire pendant 40 à 45 minutes ou jusqu’à ce que le liquide s’écoule clair.

Placer la patate douce dans une casserole remplie d’eau.  Porter à ébullition et cuire pendant 25 minutes environ. Égoutter la patate douce et écraser au pilon à pommes de terre.  Ajouter la margarine, le sel et le poivre.  Réserver 250 ml (1 tasse) pour la recette de pizza au poulet et à la patate douce.

Réserver une poitrine de poulet pour la recette de pizza au poulet.

Servir le poulet avec la patate douce en purée et votre légume vapeur favori.

Créé par Nadine Day, RD   Fondation des maladies du coeur


Pizza au poulet et patate douce

Cette pizza utilise la patate douce en purée plutôt que la sauce tomate traditionnelle.  Cette recette utilise les restes de la recette de poulet rôti au BBQ et patates douces en purée.

  • 1 grande (30 cm ou 12 po.) ou 2 petites (20cm ou 8po.) pâtes à pizza de blé entier
  • 250 ml (1 tasse) patate douce cuite et en purée
  • 375 ml (11/2 tasse) fromage mozzarella partiellement écrémé
  • 250 ml (1 tasse) poitrine de poulet cuite, en dés (1 poitrine)
  • 50 ml (1/4 tasse) oignon rouge en dés
  • 250 ml (1 tasse) poivron rouge, en tranches minces (1 poivron)

Préchauffer le four à 220 C (425 F).

Étendre la purée de patate douce également sur la surface de la pâte à pizza.  Couvrir de fromage, d’oignons, de poivron rouge et de poulet.

Cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que le fromage commence à brunir.  Découper et servir avec une salade du jardin. –    Créé par Nadine Day, RD.  Fondation des maladies du coeur.


Boeuf  assaisonné

1 lbs (450 g) de cubes de boeuf
1 tasse (250 ml) d’oignons
5 onces de purée de tomates
½ tasse (125 ml) d’eau
Sel et poivre
1 tasse (250 ml) de bouillon de boeuf
2 gousses d’ail émincées
1 c. à thé (5g) de basilic
2 c. à thé (10 g)  de moutarde de Dijon

Faire saisir la viande dans une poêle sans gras, égoutter.

Mettre dans un chaudron avec tous les ingrédients.

Laisser mijoter environ 30 minutes ou jusqu’à ce que la sauce soit épaissie.

Cette recette est une gracieuseté du site Minçavi.com


Brochettes de poulet marinées

2 lbs (900g) de poulet désossé
1 tasse (250 ml) d’eau
1 c. à table (15 ml) de bouillon de poulet F.T.C. en poudre (Faible Teneur Calorie)
1 c. à table (15 ml) de vinaigre
1 c. à table (15 ml) de ciboulette sèche
3 c. à table (45 ml) de sauce Soya
½ c. à thé (2 g) d’ail émincé
½ c. à thé (2 g) de sarriette
½ c. à thé (2 g) d’origan
½ c. à thé (2 g) de basilic
½ c. à thé (2 g) de sel d’oignon
½ c. à thé (2 g) de thym
3 sachets de succédané de sucre
Poivre au goût

Mariner le poulet pendant 4 à 5 heures au réfrigérateur.

Monter les brochettes avec ananas, oignons et piments préalablement coupés.

Cuire au four à 400 F (200 C) de 20 à 25 minutes ou encore sur le barbecue.

Cette recette est une gracieuseté du site Minçavi.com


Mousse rapide aux parfums des îles

3 blancs d’oeufs
2 sachets gélatine sans saveur
Jus contenu dans une boîte de 398 ml (14 oz) d’ananas
125 ml (1/2 tasse) eau chaude
398 ml (14 oz) ananas, broyés et égouttés
500 ml (2 tasses) yogourt nature léger, 1,55% MG (matière grasse)
Fruits frais de saison (décoration)

Méthode

  • Dans un bol, monter les blancs d’oeufs en neige ferme et réserver
  • Dans un grand bol, faire gonfler la gélatine dans le jus d’ananas, puis ajouter l’eau chaude; mélanger.  Laisser refroidir.  Ajouter les ananas et le yogourt.  Laisser prendre au réfrigérateur 5 minutes.
  • Incorporer les blancs d’oeufs et mélanger doucement.
  • Verser dans des coupes à dessert ou dans un moule. Réfrigérer 1 heure. Décorer avec des fruits frais et servir.

Salade de fruits au yogourt et miel

1 tasse (250 ml) de raisins sans pépins au choix
1 tasse (250 ml) de chair de melon au choix en cubes
1 tasse (250 ml) de fraises ou de framboises fraîches
2 kiwis pelés et tranchés


Sauce au yogourt et au miel :

1 tasse (250 ml) de yogourt nature
3 c. à table (45 ml) de miel liquide (miel de fruits, si possible)
1 c. à table (15 ml) de jus de citron
1 c. à table (15 ml) de jus d’orange
¼ c. à thé (1ml) d’essence de vanille

Préparation : Cette salade se prépare à la dernière minute.  Mélanger délicatement tous les ingrédients dans un grand bol.  Servir 4 portions dans des coupes et napper de sauce au yogourt et au miel.

Sauce au yogourt et au miel : Dans un bol, bien mélanger tous les ingrédients et réfrigérer 1 à 2 heures avant de servir.


Gâteau au chocolat et aux pêches

Gâteau au chocolat

2 oeufs moyens
175 ml (3/4 tasse) sucre
75 ml (1/3 tasse) margarine non-hydrogénée
250 ml (1 tasse) yogourt nature ultra léger à 1%
300 ml (1 ¼ tasse) farine tout usage
75 ml (1/3 tasse) poudre de cacao
5 ml (1c. à thé) bicarbonate de soude
10 ml (2c. à thé) poudre à pâte
1 pincée sel


Crème pâtissière légère

2 jaunes d’oeufs moyens
75 ml (1/3 tasse) sucre
375 ml (11/2 tasse) lait écrémé chaud
15 ml (1 c. à table) fécule de mais délayée dans un peu d’eau
5 ml (1c. à thé) essence de vanille
5 à 6 pêches fraîches ou en conserve (dans un sirop léger) coupées en tranches
15 ml (1c. à table) sucre à glacer

Préparation du gâteau : Préchauffer le four à 180 C (350 F).  Dans un bol, mélanger au fouet ou au mélangeur électrique les oeufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse ( 1 à 2 minutes environ)

Incorporer la margarine, le yogourt, la farine, la poudre de cacao, le bicarbonate de soude, la poudre à pâte et le sel;  mélanger 1 à 2 minutes jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Verser la préparation dans un moule à gâteau carré de 23cm X 23 cm (9 poX  9 po).  Cuire au four 40 à 45 minutes environ.  Refroidir et démouler; réserver.


Crème pâtissière légère

Dans un bain-marie ou dans une casserole à feu très doux, mélanger les jaunes d’oeufs et le sucre.  Ajouter le lait chaud, la fécule de mais et l’essence de vanille.  Chauffer jusqu’à ce que la crème épaississe; refroidir et réserver.

Montage

Couper le gâteau en deux étages et garnir de crème pâtissière et de pêches.  Saupoudrer de sucre à glacer et servir.