MON ÉNERGIMÈTRE

Pour l’être humain, la loi de l’équilibre énergétique est implacable.  Si l’accumulation est supérieure à la dépense, le bien-être demeure.  Si la dépense est plus forte que le gain, le mal-être jaillit.

L’énergie, un choix de vie 

Brûler la chandelle par les deux bouts, se surmener, dépenser plus que ses revenus, c’est pratiquer le gaspillage de l’énergie.  L’utiliser pour ce qui en vaut la peine, l’emmagasiner pour les coups durs, c’est pratiquer l’économie de l’énergie.  Gérer l’énergie à sa  façon, c’est un choix de vie.

Savez-vous lire votre ‘’énergimètre’’?

Le temps d’arrêt de la minute énergique devrait permettre de lire son ‘’énergimètre’’.  Ici, maintenant, comment je me sens?  Où se situe mon niveau d’énergie?  L’image mentale, comme le montre l’illustration de gauche, situe sur une échelle le niveau d’énergie.

 

  Bien-être
  ++++ Je pète le feu!
  +++   Je me sens en grande forme!
  ++     Je me sens en forme!
  +       Je me sens bien!
  Neutre (niveau critique)
  (Je ne sais pas trop!)
  –           Je ne me sens pas très bien
  —         Je me sens fatigué (e)!
  —        Je me sens très fatigué(e)!
  —-       Je me sens complètement
  vidé (e)!

LA MÉDITATION

Les nombreuses activités, qui bien souvent n’ont d’intensité que l’apparence, ne comblent pas les sensations de vide et de solitude éprouvées parfois, surtout lorsque les épreuves viennent briser la coque de nos certitudes.  Dès lors, l’individu est prêt à faire quelques efforts pour mieux se connaître et chercher dans les profondeurs de son être les ressources inépuisables qui l’habitent.

Loin de nous exclure du monde, la méditation nous en rapproche étrangement.  Dans toutes les traditions religieuses, on pratique la méditation sous des appellations diverses.  Elle est un outil pour élever sa conscience et goûter la présence d’une réalité supérieure qui s’exprime comme joie, bonheur, paix, lumière, félicité.  Ses nombreux bienfaits ne sont plus à prouver, même sur la santé.

La méditation est la concentration de notre attention sur un sujet qui se situe au-delà de la vie ordinaire et elle peut nous amener à découvrir un monde plus subtil et plus vaste, là où se trouvent le calme, la paix et la joie.  Dans ces moments-là, nous pouvons alors fixer notre pensée pour goûter et contempler la beauté de cet instant, pour nous en imprégner, voire jusqu’à nous identifier à lui.  La paix qui nous enveloppe alors nous plonge au cœur d’une lumière où toute question fond par elle-même.  Nous commençons alors à voir clair en nous-mêmes.

CONSEILS POUR SURMONTER LE STRESS

Pour mieux gérer le stress, suivez ces quelques conseils :

  • Établissez vos priorités.  Organisez votre emploi du temps de manière à accomplir les choses les plus importantes d’abord.  Laissez tomber ce qui est moins important.
  • Repérez les événements ou les moments les plus stressants pour vous.  Ensuite, trouvez des façons de les éviter.  Par exemple, si les déplacements vous stressent, remplacez-les  autant que possible par des appels  téléphoniques.
  • Faites une seule chose à la fois.  Lorsque vous avez terminé une tâche, accordez-vous un moment pour apprécier ce que vous venez d’accomplir.  Prenez un temps de repos au besoin avant de passer à autre chose.
  • Si le temps vous presse, si votre horaire est trop chargé, annulez ou reportez certains rendez-vous.
  • Apprenez à dire ‘’non’’. Conservez votre énergie pour les choses qui comptent le plus à vos yeux.
  • Il existe des aides et des dispositifs pour vous faciliter la vie. Informez-vous et utilisez-les!

Obtenir de l’aide

Vous ne pouvez pas tout faire vous-même.  Déléguez certaines responsabilités à vos proches.

Parlez de ce que vous ressentez à vos parents et amis.  Prenez le temps de participer à des activités sociales et de faire de l’exercice.  Si vous avez eu du bon temps, vous saurez mieux faire face aux situations stressantes.

LA RELAXATION

L’époque à laquelle nous appartenons nous exhorte par ailleurs d’être performant en tout temps et dans toute situation.  Au travail, à la maison et même dans nos moments de loisirs, le stress et l’anxiété peuvent avoir tendance à nous gagner.

Voici donc notre top 10 pour apprendre à vivre plus RELAX :

  1. En premier lieu, un truc tout simple pour relaxer : apprendre à respirer correctement  Trop évident, pensez-vous?  Et pourtant…Faites l’exercice et vous verrez la différence!
  2. Prenez le temps de vous faire masser au moins une fois par mois afin de dénouer tous ces nœuds qui vous font souffrir.  Si vous avez un peu de temps, n’hésitez pas à vous offrir un forfait d’une demi-journée ou d’une journée complète dans un spa ou un centre  de santé.  Du temps et de l’argent bien investis!
  3. Apprenez à ne rien faire.  Mais surtout, à ne penser è rien.  Beaucoup plus difficile que cela en a l’air!  Pour y  parvenir, pourquoi ne pas vous inscrire à un cours de méditation?  Les bienfaits sont, semble-t-il, insoupçonnés.
  4. Vous êtes plutôt du genre à vous détendre tout en bougeant?  Le Tai Chi  et le yoga  vous conviendront sûrement davantage que la méditation.  Technique qui attire de plus en plus d’adeptes : la Méthode Pilates  serait également excellente pour atténuer le stress tout en améliorant la performance athlétique.
  5. Bouger à la vitesse d’une tortue, ça vous stresse au lieu de vous relaxer?  Dans ce cas, inscrivez-vous dans un centre de conditionnement  physique  ou à un quelconque sport qui vous permettra de vous défouler autant que vous le souhaitez.  Une excellente manière d’évacuer les tensions de toutes sortes.
  6. Saviez-vous que plusieurs médecines douces sont excellentes pour combattre le stress?  L’acupuncture et la réflexologie sont les plus connues et les plus réputées en la matière.  Mais le Reiki, technique consistant à rééquilibrer l’énergie qui circule dans le corps, serait également efficace.  L’aromathérapie permettrait enfin de se libérer du stress grâce aux odeurs.  À vous d’essayer!
  7. Il est aussi possible de relaxer en employant la technique de la visualisation ou, si vous préférez, en  ayant recours à votre imagination.  Cette méthode, que l’on utilise dans la vie de tous les jours sans même s’en rendre compte, permet, en plus de générer un état de détente général, de produire des changements positifs dans votre vie.  Puissant, si l’on se donne la peine de l’essayer sérieusement!
  8. C’est bien connu : le rire entraîne une détente quasi-instantanée du corps et de l’esprit.  Certains affirment même qu’on devrait toujours commencer la journée en riant, même si l’on se sent triste.  À vos marques, prêts, riez!
  9. Technique à connotation plus  ‘’spirituelle’’, la répétition de mantras génère, semble-t-il, une détente et une relaxation hors du commun.  Les sons vibratoires auraient un effet de massage sur les différents points de notre corps et de notre esprit.  À éviter, toutefois, si vous détestez répéter constamment la même chose…
  10. Si, après avoir essayé quelques unes des propositions émises aux points précédents, vous vous sentez  toujours aussi stressé (e) ou anxieux (se), il serait alors souhaitable d’obtenir de l’aide professionnelle extérieure, soit en consultant un professionnel en santé mentale, soit en vous inscrivant à une formation en gestion du stress.  Certains vont même jusqu’à avoir recours au service d’un coach pour développer leur plein potentiel.

Quelque soit la méthode que vous privilégiez, n’oubliez surtout pas de bien respirer en premier lieu.  C’est la clef  pour partir du bon…respire!

Sur ce, bonne détente!

LA RELAXATION MUSCULAIRE PROFONDE

De très nombreuses médecines alternatives cherchent à réduire les tensions chez les patients par le massage, des mouvements ou même la suggestion.  Mais certaines s’attachent avant tout à obtenir une relaxation musculaire profonde.  Ces méthodes peuvent être pratiquées chez soi après un rapide apprentissage.

Réduire le stress, prévenir les troubles respiratoires et cardiovasculaires, réduire la fréquence des crises d’asthme…Tels sont les différentes promesses de la relaxation musculaire profonde.

Une tradition orientale

La médecine orientale a toujours reconnu la valeur des techniques de respiration profonde, associées à la relaxation et à la méditation.  Leurs buts : libérer les tensions, prendre conscience de son corps en contrôlant le rythme cardiaque.

Outre les gymnastiques douces d’inspiration asiatique telles que le yoga, le Tai Chi Chuan ou le Qi Gong qui associent gestuelle, concentration et contrôle de la respiration, il existe des techniques entièrement basées sur le souffle.  On peut facilement les pratiquer chez soi après une initiation simple.

Outre une relaxation musculaire certaine, elles sont particulièrement efficaces pour toutes les pathologies liées au stress, à l’anxiété et à la douleur telles que l’épilepsie ou l’asthme.  Une respiration profonde et régulière permet en effet de réduire l’acidité du sang, d’optimiser l’oxygénation du corps et de faire baisser le taux de gaz carbonique dans l’organisme.

Les méthodes de relaxation musculaire profonde :

Il existe deux méthodes principales de relaxation musculaire profonde, la méthode dites de Jacobson et la méthode de Benson.

  • La méthode de Jacobson : Edmund Jacobson, un médecin américain, élabore sa technique « progressive » à la fin des années 30.  Elle se  base sur une contraction musculaire préalable puis sur une détente musculaire mobilisant toutes les parties du corps, des bras aux jambes en passant par le visage, le cou, les épaules, le thorax, l’abdomen et le dos;
  • La méthode de Benson : Herbert Benson, un autre médecin américain, s’inspire, 30 ans plus tard, de l’héritage oriental et l’adapte pour en faire une technique simplifiée accessible à tous.  Il s’agit d’atteindre le  « lâcher prise », c’est-à-dire une détente suffisante pour atteindre un état de conscience modifiée, proche de la détente absolue.

Respirer par le bas…

Quelles que soient les variantes, la respiration profonde consiste principalement en une respiration abdominale maîtrisée.  Afin de respirer lentement et profondément, on sollicite le diaphragme en partant du bas du ventre.

On inspire en gonflant le ventre, le haut du corps immobile puis on expire soit en bloquant le ventre soit en le rétractant selon une méthode inspirée du yoga.

On expulse ainsi une quantité d’air bien supérieure par rapport à la moyenne habituelle, a respiration « classique » ne se basant que sur la partie haute des poumons.

Indications et contre-indications.

La relaxation musculaire profonde s’adresse tout particulièrement aux personnes souffrant de troubles psychosomatiques, d’anxiété, de troubles respiratoires ou digestifs ainsi que de problèmes cardiaques.

Il convient néanmoins de prendre certaines précautions car elle peut être contre-indiquée en cas de problèmes psychiques importants tels que les psychoses et les dépressions sévères.

La respiration profonde est indiquée pour pratiquement les mêmes troubles que ceux traités par la relaxation musculaire profonde.

En revanche, elle est plutôt déconseillée aux femmes enceintes, aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou de troubles neurologiques.

LA NATUROPATHIE

La naturopathie est une pratique qui vise avant tout à préserver le capital santé, en puisant son inspiration dans différentes disciplines.   De la médecine chinoise à l’ostéopathie en passant par l’alimentation, les naturopathes s’apparentent à des généralistes de la prévention.

Véritable synthèse de plusieurs méthodes, la naturopathie mêle adroitement des conseils d’hygiène de vie à des disciplines plus controversées comme l’iridiologie ou la réflexologie.

Prévenir le capital santé

À l’instar des médecines chinoises ou ayurvédiques, la naturopathie est fondée sur le principe de préservation de l’énergie vitale.  Pour se faire, la naturopathie est une synthèse de plusieurs disciplines, cherchant à préserver et optimiser la santé, améliorer la qualité de vie et permettre l’auto-guérison.

Pour ce faire, les naturopathes peuvent recourir à des conseils d’hygiène de vie, mêlant une meilleure alimentation, un bon sommeil, la pratique d’exercices physiques à l’hydrothérapie ou la médecine par les plantes et d’autres disciplines héritées de la médecine ayurvédique ou chinoise.  La naturopathie ne cherche pas à soigner un symptôme mais plutôt à identifier les causes sous-jacentes du  problème et à aider l’organisme à le combattre.  Diététique, phytothérapie, ostéopathie, hydrothérapie, aromathérapie, réflexologie…c’est au sein de cet arsenal très vaste que le naturopathe va piocher le recours qui lui semble le plus judicieux pour son patient.  En fonction de sa propre sensibilité, les choix peuvent différer d’un praticien à un autre.

Des consultations en deux temps

Puisqu’il s’agit d’une médecine de prévention, la naturopathie concerne les personnes en bonne santé et qui souhaite le rester.  Mais des troubles récurrents peuvent également trouver des solutions grâce à cette approche : troubles ORL à répétition, fatigue, insomnie, spasmophilie, maux d’estomac…Les consultations durent entre une heure et une heure et demi et s’articulent généralement en deux temps :

  • Un bilan de vitalité : différentes méthodes très controversées peuvent être utilisées pour établir ce bilan : iridiologie (évalutation de l’état de santé en regardant l’iris de l’œil), morphopsychologie (correspondance entre psychologie et morphologie)…Le but est d’évaluer le terrain (vitalité,  constitution et tempérament) du patient;
  • Un programme personnalisé adapté à chacun est alors élaboré : conseils d’hygiène de vie et thérapies complémentaires.

Attention cependant, dans le cas  de pathologies lourdes, la naturopathie ne peut pas être LA solution thérapeutique.  Elle peut éventuellement trouver sa place en complément d’approches médicales complémentaires.

NATUROPATHIE ET HYDROTHÉRAPIE

Toute une gamme de thérapies par les médecines naturelles est incluse dans le terme général de naturopathie.  L’hydrothérapie, considérée comme très efficace contre la douleur, en est l’une des plus importantes.

Hippocrate, le père de la médecine moderne dans la Grèce antique, était sans doute le premier défenseur de la naturopathie.  Il croyait que si on lui procurait de l’eau  et de l’air pur, le corps guérissait de lui-même.  La personne devait suivre certaines règles  d’hygiène, se livrer à des activités favorisant la santé et manger une nourriture saine.  Cette philosophie fut réactualisée en Europe centrale au cours du XIXe  siècle par une nouvelle génération de pionniers dont Benedict Oust, en Allemagne.  La naturopathie moderne vit le jour quand Henry Lindor et Benedict Lust émigrèrent aux Etats-Unis au début du XXe siècle, et c’est Benedict Lust qui forgea le terme de « naturopathie ».

L’hydrothérapie

L’utilisation de l’eau pour traiter la douleur remonte à 2 500 ans.  Après des siècles d’oubli, l’hydrothérapie est maintenant couramment utilisée par des patients des médecines conventionnelle et complémentaire.

L’hydrothérapie moderne s’est développée au XIXe siècle grâce à un médecin autrichien, Vincent Preissnitz.  Elle implique l’utilisation thérapeutique de l’eau, que ce soit par la natation, les douches, les massages par jets, les bains chauds et froids, les compresses chaudes et froides, les saunas et les bains de vapeur.  Il y des traitements qui demandent des établissements spécialisés mais il y en a d’autres que les patients peuvent s’administrer eux-mêmes à domicile.

L’hydrothérapie est devenue un traitement très répandu, particulièrement efficace pour stimuler la circulation, soulager les désordres respiratoires, apaiser les douleurs musculaires et articulaires survenues à la suite de blessures ou de pathologies à long terme comme les rhumatismes.  L’hydrothérapie stimule ou calme selon les cas, et elle est aussi très efficace pour traiter les troubles psychiques et émotionnels.

LA RÉFLEXOLOGIE

On dit que la réflexologie est l’appellation moderne d’une très ancienne thérapie.  On pourrait la décrire comme des massages des pieds et des mains, mais les thérapeutes affirment que c’est beaucoup plus compliqué que cela.

La réflexologie se base sur le concept chinois selon lequel les méridiens, qui sont des lignes d’énergie parcourant le corps, relient les organes majeurs à des points réflexes spécifiques que, dans le cas de la réflexologie, l’on retrouverait sur la plante des pieds.  D’après les réflexologues, la plante de chaque pied peut être ramené à une carte avec des zones correspondant à différents organes du corps.  En mettant les points réflexes sous pression, on peut opérer des changements dans l’état des organes.

Un traitement par la réflexologie amène une grande détente.  Le patient et le thérapeute sont tous les deux assis.  La pression des doigts et du pouce est appliquée un peu de la même façon qu’avec la digitopuncture.  Si on ne ressent aucune douleur, l’organe est en bonne santé, mais si la zone est sensible, il y a un problème dans la partie du corps correspondante et on accentue la pression.

DIGITOPUNCTURE ET TECHNIQUES DE PRESSION

La digitopuncture est une technique assez simple de contrôle de la douleur qui utilise la pression des doigts ou des mains sur les points d’acupuncture du corps.  On peut la pratiquer chez soi pour soulager la douleur, une fois qu’on a assimilé la localisation des points.

On définit souvent la digitopuncture comme une acupuncture sans aiguilles, car elle utilise les points d’acupuncture du corps.  C’est une méthode de traitement qui vient de l’Orient.  Les praticiens orientaux croient que les points de pression sont distribués le long des méridiens ou lignes d’énergie parcourant le corps.  L’organe dont on pense qu’il est affecté par les points de pression le long d’un méridien donne son nom à ce dernier.  La douleur provoquée par des problèmes du système musculosquelettique, et en particulier les tensions, serait très bien soulagée par la digitopuncture.  La digitopuncture que l’on exerce sur soi-même est des plus efficace en tant que technique de premier secours pour des douleurs aigues comme celles que déclenchent la migraine ou l’aponévrite, et pour des nausées provoquées par exemple par le mal des transports.  Pour les problèmes chroniques, il faut avoir recours à un traitement prescrit par un thérapeute qualifié.

Les autres techniques de pression

La plupart des formes de digitopuncture utilisées aujourd’hui ont été développées au Japon.  La variante la plus connue est le shiatsu mais elle n’est pas la seule et chacune a sa propre technique.  Elles sont généralement pratiquées par des spécialistes.

SHIATSU : le shiatsu se caractérise par des pressions rythmiques qui vont de quelques secondes à quelques minutes sur des points spéciaux ou  ‘’tsubos’’ localisés le long des canaux d’énergie ou méridiens.  Les praticiens mettent également à profit des techniques de physiothérapie et peuvent utiliser leurs paumes, bras, coudes, genoux et pieds pour varier les pressions et l’intensité du traitement.

DO IN : une forme de digitopuncture combinée avec la respiration et des exercices réguliers pour stimuler les méridiens et aider à prévenir les maladies.

JIN SHEN (OU JIN SHIN): une technique spécialisée dans des pressions prolongées durant parfois plusieurs minutes, appliquées à certains points du corps.

JIN SHEN DO : une variation, parmi d’autres, du Jin shen.   Chaque variation est identifiable par un mot supplémentaire (dans ce cas précis « do ») rajouté à la fin.  Ces différences semblent si minces au non-initié qu’il y prête peu d’importance; la maîtrise de ces subtilités par les spécialistes est cependant nécessaire pour l’efficacité de la thérapie.

SHEN TAO : une variation appartenant à la  médecine chinoise, apparentée à certaines techniques des manipulations les plus douces.  On peut la rapprocher de certaines formes de guérison par l’imposition des mains.

ACUPUNCTURE

Les anciens Chinois ont développé la théorie selon laquelle le corps et ses fonctions pouvaient être traités par l’insertion de très fines aiguilles – les gens les sentent à peine quand on les pose – à des points situés le long des méridiens.

Les chinois pensent que l’énergie du corps ou ki circule le long de lignes d’énergie ou méridiens.  Il y a 12 méridiens principaux, associés à des organes spécifiques, comme le méridien des poumons ou celui de la vésicule biliaire, et les 365 points principaux sont situés le long de ces méridiens.  Des aiguilles plantées è ces points précis sont censées stimuler le flux d’énergie.  Cette technique est née il y a plus de 4 000 ans, mais les premiers ouvrages sur ce sujet sont apparus aux alentours de 475 avant J.-C.  Le médecin chinois commence par les quatre temps de l’examen : observation, interrogatoire, auscultation et palpation (pouls chinois). Puis il évalue les substances vitales ou humorales (le ki, les liquides organiques et le sang) qui peuvent être en excès, en insuffisance, en ‘’amas’’, ‘’contaminées’’etc..

Les médecins et les physiothérapeutes qui font appel à l’acupuncture pour soulager la douleur sont de plus en plus nombreux.  On s’en sert aussi pour traiter les dépendances de tous ordres.  L’acupuncture est également utilisée dans certains hôpitaux occidentaux comme une alternative à l’anesthésie.

La plupart des médecins orthodoxes refusent les théories qui s’attachent à l’acupuncture, mais comme les résultats et les recherches ont prouvé son efficacité, ils ont adopté une forme de thérapie plus clinique connue sous le nom d’acupuncture occidentale.  Ils préfèrent le plus souvent  utiliser l’électro-acupuncture qui transmet un faible courant électrique par le biais des aiguilles pour obtenir un meilleur résultat, surtout sur les points de l’oreille, dont on pense qu’ils appartiennent aux mêmes méridiens que le corps (thérapie auriculaire).

LA MOXABUSTION ET LES VENTOUSES

La moxabustion et les ventouses sont deux variantes de l’acupuncture.  Dans la moxabustion, une chaleur douce est apportée à un point d’énergie en utilisant de l’armoise séchée ou moxa, car on pense que cela chauffe et attire l’énergie, la rendant ainsi plus disponible.  Le moxa est soit attaché à une aiguille de façon à ce que la chaleur soit conduite jusqu’au point d’énergie, soit roulé en petits cônes enveloppés d’un revêtement protecteur qui brûle lentement au-dessus du point.  Pour les ventouses, on utilise de petits pots, souvent en verre, pour stimuler et attirer l’énergie, un peu de la même façon qu’avec la moxabustion.  Une bougie est allumée dans un pot, puis on l’enlève pour créer un vide.  Le pot se colle à la peau et aspire le point.  Pour les inflammations locales et la congestion, on utilise souvent les ventouses et les aiguilles.

Le nombre de plantes utilisées dans la médecine chinoise est très important et ces herbes sont souvent très puissantes.  C’est pour cette raison qu’en Occident, les praticiens de cette médecine sont souvent chinois, car prescrire ces plantes exige une longue expérience et de bonnes connaissances théoriques.  Quand on prend des plantes chinoises, il faut toujours respecter la posologie qui vous a été indiquée.

LE YOGA

En Amérique du Nord, on commence à peine à découvrir les vertus du yoga, qui existe depuis plus de 5 000 ans!

Le yoga est une discipline qui touche le corps, l’esprit et l’âme, indique Lyne St-Roch professeure de yoga et de poweryoga à Montréal.  Le travail sur la respiration ainsi que les mouvements aident à calmer l’agitation du mental.  L’être se révèle à lui-même.  En fait, le yoga permet de découvrir qui on est vraiment en nous libérant des tensions qui nous maintenaient dans une espèce de carcan.  À mesure que les tensions tombent, l’énergie circule plus librement dans notre corps.  On ressent un mieux-être physique et mental.  Il n’est d’ailleurs pas rare que des gens se mettent à pleurer à la fin d’un cours.

Le yoga est plutôt une philosophie de vie qui peut profiter à tout le monde, qu’on soit militaire, avocat, détective, commis.

Respirer correctement est au cœur de la pratique du yoga.  Les yogis hindous pensent que la respiration est une circulation d’énergie dans le corps.  En prenant conscience de notre respiration, nous nous concentrons sur la force vitale.  Le contrôle de la respiration peut soulager certains problèmes respiratoires.

Une des branches du yoga, le pranayama  est consacrée à la maîtrise du souffle et à des exercices respiratoires très particuliers.  Ces exercices présentent de nombreux avantages : ils préparent à la méditation car la prise de conscience de la respiration entraîne un grand calme mental.  Pour bien respirer, vous utilisez le diaphragme  le grand muscle transversal en forme de dôme situé sous les poumons) afin de pousser sur les poumons qui se vident, ce qui leur permettra ensuite de se remplir.  Cela entraîne la respiration  abdominale qui complète la respiration thoracique.  Si vous vous contentez de gonfler la poitrine, vous ne laissez pas suffisamment d’oxygène passer dans le sang.

L’exercice ci-dessous favorise la respiration abdominale.  On devrait le pratiquer trois fois par jour.  Il est le plus efficace le matin au réveil et le soir avant de se coucher.

L’exercice pour les poumons

  • Vous vous étendez sur le sol ou sur votre lit
  • Vous repliez les jambes afin que votre dos soit bien plat.
  • Vous vous détendez au maximum en relâchant bien vos muscles (pour cela il vaut mieux avoir les yeux fermés).
  • Vous placez une main sur le ventre pour vérifier qu’il monte et qu’il descend tandis que votre poitrine suit le mouvement.  Vous inspirez sur un temps et vous expirez sur un temps.
  • Vous inspirez sur deux temps et vous expirez sur deux temps.
  • Vous continuez d’inspirer et d’expirer sur des temps de plus en plus longs, jusqu’à atteindre sept ou huit.
  • Poursuivez l’exercice pendant un quart d’heure et détendez-vous.

La respiration avec le diaphragme

  •  Assurez-vous que votre dos est bien droit en vous étendant sur un lit ou en adoptant la station debout, au choix.
  • Inspirez lentement en remplissant vos poumons au maximum.
  • Contractez vos abdominaux, ce qui entraîne un aplatissement du ventre.
  • Tout en restant contracté, vous expirez afin de vider vos poumons au maximum.
  • Vous restez une seconde en apnée (suspension de la respiration) dans cette position puis vous relâchez tout.
  • Concentrez-vous sur une respiration ventrale plutôt que thoracique.  Vos épaules restent parfaitement immobiles.  Laissez venir une respiration aussi calme et naturelle que possible.  Il vous  faudra un certain temps pour y parvenir sans faire appel à une intense concentration.
  • Répétez l’exercice pendant un quart d’heure et détendez-vous.

TAI CHI

Cette gestuelle très ancienne est née en Chine.  Elle y est encore tellement populaire que chaque matin, il n’est pas rare de voir dans les parcs et sur les grandes places publiques des dizaines et parfois des centaines de personnes pratiquant le tai chi qui est leur gymnastique quotidienne.  Tout comme le yoga, le tai chi s’est répandu en Occident et il est maintenant  pratiqué dans de nombreux pays.

Le tai chi, né d’une gestuelle encore plus ancienne, le chi kong, se reconnaît au style lent et gracieux de ses mouvements.  Il a été à juste titre décrit comme de la méditation en action.

Le but du tai chi est de développer le chi ou ki (la force de vie) dans le corps pour contrer le vieillissement et encourager les lumières spirituelles.  Tout comme le yoga, le tai chi sert également à se soigner et à se maintenir en bonne forme.  Le tai chi entraîne des bienfaits physiques, psychologiques, et il est particulièrement efficace pour relâcher les tensions de tous ordres.

La salutation au soleil :

C’est un enchaînement simple qui prend environ 5 à 10 minutes et qui est plus efficace au réveil.  Chaque mouvement, lent et gracieux, doit s’enchaîner sans heurts au suivant.  Concentrez-vous sur l’équilibre, la respiration, et essayez de visualiser chaque étape de votre exercice en même temps que vous l’accomplissez.

Premier mouvement : La montagne

Vous vous tenez debout, les jambes écartées et légèrement pliées, les bras le long du corps.  Vous devez rechercher la sensation suivante : tout le poids du corps est contenu dans les reins (la source du ki, d’après la philosophie chinoise).

Deuxième mouvement :  La salutation au soleil

Accueillez l’aurore en levant les bras pour saluer le ciel.  Vos yeux accompagnent le mouvement.  Restez  là un instant puis baissez les bras en un geste arrondi, les paumes des mains tournées vers vous.

Troisième mouvement : Reconnaître le passé

Dégagez un pied vers l’arrière et saluez le passé en repliant les bras, les paumes tournées vers vous.

LES BIENFAITS DU MASSAGE

Plus qu’un moment de détente, le massage est un cadeau précieux à s’offrir car il entraîne une foule de bienfaits essentiels à une vie saine et équilibrée.

Avec le rythme trépidant de nos vies, la massothérapie est aussi l’occasion de s’offrir une pause bien méritée dans le calme et la quiétude, un moment de détente juste pour soi où on s’abandonne à des mains expertes.

En plus d’apporter calme et relaxation, le massage agit sur l’organisme tout entier : il soulage la douleur, favorise un meilleur sommeil, améliore la santé de la peau, augmente la capacité respiratoire, aide à la digestion et réduit la constipation, active la circulation sanguine, facilite une meilleure oxygénation et l’élimination des toxines.  Il rend les muscles plus souples et plus élastiques, aide au relâchement des tensions, améliore la mobilité articulaire.  Ses bienfaits ne s’arrêtent pas là : le massage augmente aussi la conscience du corps, aiguise les perceptions, permet une plus grande circulation de l’énergie et accroît la résistance au stress.

Selon Statistiques Canada (2003) – À l’échelle du pays, 7,9% de la population avait requis les services d’un massothérapeute, soit l’équivalent de 2 093 000 personnes.

 Les femmes (10,4%) étaient pratiquement deux fois plus nombreuses que les hommes (5,3%) à avoir eu recours à cette forme de thérapie alternative.

C’est en  Saskatchewan (12.6%), en Alberta (11,8%) et au Manitoba (9,7%) qu’on retrouve les Canadiens ayant davantage opté pour la massothérapie.  À l’inverse, c’est au Nunavut (2,4%), à l’île-du-Prince-Édouard (3,1%) et en Nouvelle-Écosse (3,4%) qu’on y a eu le moins recours. Au Québec, le pourcentage est de 7,4%.

Parmi l’ensemble des médecines alternatives et complémentaires (MAC) auxquelles les Canadiens ont fait appel, la massothérapie vient au deuxième rang (7,9%), après la  chiropratique (12,4%).

LE FELDENKRAIS

Par le mouvement corporel, la méthode Feldenkrais vous renseigne sur la mécanique de votre corps pour améliorer votre bien-être au quotidien.  Bougez pour vous remettre en forme!

La méthode fait appel au mouvement, mais aussi à la sensation et à la pensée liée au mouvement pour distribuer les efforts dans tout le corps.  Dans cette forme de gymnastique douce, chaque personne entreprend de découvrir sa fonctionnalité individuelle.

La méthode Feldenkrais, qu’on pourrait associer au yoga ou au Pilates, propose des séquences de mouvements non habituels, simples et variés qui vous amènent à prendre conscience de vos façons de bouger selon deux approches.  La première « Prise de conscience par le mouvement », se déroule en groupe de 15 à 20 personnes.  Couchés au sol, les participants explorent les mouvements et les sensations qui les accompagnent sous la supervision d’un professeur qui les guide verbalement.  L’autre façon plus personnalisée, baptisée « Intégration fonctionnelle », met de l’avant des rencontres individuelles, où le professeur guide les séquences de mouvements de l’élève par le toucher.

Cette expérience amène les participants à découvrir de nouvelles façons de se mouvoir qui favoriseront plus de souplesse, de flexibilité, de mobilité et de bien-être au quotidien.  Le Feldenkrais aurait aussi comme bienfaits de développer la créativité et de réduire l’inconfort des problèmes neuromusculaires.

La méthode Feldenkrais s’adresse aux gens de tous âges et de toutes conditions physiques, sans restriction.  Elle ne requiert pas d’expérience préalable particulière. Côté équipement, il suffit de porter des vêtements souples et confortables qui n’entravent pas les mouvements.  Une séance de Feldenkrais supervisée par un professeur accrédité coûte autour de 15$ à 20$ l’heure.

LA MYOFASCIALOGIE

La myofascialogie est un massage thérapeutique utilisant d’une manière douce avec les mains, des pressions soutenues, produisant de profonds effets sur les tissus du corps, éliminant la douleur et restaurant le mouvement.  La théorie de la myofascialogie requière une compréhension du système des enveloppes musculaires, appelées myofascia, myo= muscle, fascia=enveloppe.  Le fascia est un tissu connectif qui s’étend partout dans le corps de la tête aux pieds et ce en trois dimensions sans aucune interruption.  Le fascia entoure chaque muscle, os, nerf, vaisseau sanguin et tous les organes du corps jusqu’au niveau cellulaire

Le dysfonctionnement du système fascial dû à un ou plusieurs traumatismes, blessures sportives, mouvements répétitifs, et ou de l’inflammation et même une mauvaise posture peut avec le temps  provoquer une pression anormale sur les muscles, nerfs, os et ou les organes.  Cela peut créer de la douleur et un mauvais fonctionnement à travers tout le corps, parfois avec des effets secondaires qui ne sont pas toujours apparentés aux symptômes.

Le myofascialogiste développe un massage qui sera individualisé et conçu pour chaque besoin du patient.  Le myofascialogiste règle la cause du problème pour éliminer les symptômes, produire un changement structural permanent, aider les gens à ne plus avoir de douleur et mener une vie active.

HOMÉOPATHIE

Cette thérapeutique qui couvre un large domaine est basée sur la théorie suivante : les symptômes d’une maladie appartiennent au système de défense du corps.  Les médicaments homéopathiques qui fonctionnent par dosage infinitésimaux sont prescrits pour stimuler le développement des symptômes et encourager  le corps à surmonter la maladie.

Les remèdes homéopathiques n’ont pas d’effets secondaires indésirables et on peut les utiliser comme de simples médicaments que l’on se prescrit soi-même pour soigner un certain nombre d’affections.

Il y a environ deux siècles qu’un médecin allemand, Samuel Hahnemann, a mis au point le système homéopathique.  Il était déçu par la médecine rudimentaire et souvent brutale de son époque et s’était livré à des expérimentations (sur lui-même essentiellement) pour évaluer l’efficacité de certains remèdes et comprendre leurs principes de  fonctionnement.  Il découvrit que des doses infinitésimales de ce qui provoque une maladie peut aussi la guérir.  Cela donna naissance au principe que  le même soigne le même.  Il s’agit du principe de base des traitements homéopathiques.  Le remèdes homéopathiques consistent en de très faibles quantités d’une substance spécifique, la plupart du temps tirée de plantes et de minéraux, et occasionnellement d’insectes et d’animaux, diluée dans l’eau et/ou l’alcool et agitée énergiquement.  Ce processus est connu sous le nom de dynamisation.  Cette dilution et cette dynamisation sont pratiquées à plusieurs reprises.  Contrairement à la médecine conventionnelle où plus la concentration d’un médicament est forte plus il est efficace, les  homéopathes pensent que plus sa dilution est grande, et plus il est puissant, d’où le terme de potentialisation pour le décrire.

Les remèdes homéopathiques sont souvent donnés sous forme de petites pastilles rondes contenant un incluant.  Les homéopathes, tout comme la plupart des thérapeutes des médecines naturelles, voient les symptômes de la maladie comme une manifestation de problèmes plus profonds.  La pratique débute par un examen méticuleux des patients pour apprécier ce qui ne va pas sur le plan physique mais aussi émotionnel et mental.  Voilà pourquoi la plupart des homéopathes ne sont pas partisans d’une automédication, même si les remèdes homéopathiques sont disponibles dans pratiquement toutes les pharmacies et les boutiques diététiques.

L’homéopathie ne fournit aucune explication recevable par les scientifiques quant aux modalités de son fonctionnement, mais les expérimentations cliniques montrent qu’elle fonctionne pour certaines maladies, et un nombre croissant de médecins se spécialise dans cette discipline.  Certaines études ont démontré des résultats positifs avec les animaux.  Les partisans de l’homéopathie estiment que ces résultats sont significatifs car contrairement aux humains qui répondent à ce que l’on appelle l’effet placebo (le patient croit que  le traitement est efficace et il le devient), les animaux ne connaissent par ce mode de fonctionnement.  Quant aux détracteurs, ils avancent que le point de vue des observateurs peut être faussé.

Il est assez courant de se sentir plus mal après un premier traitement homéopathique.   On dit que c’est parce que le remède fait sortir les symptômes, mais il semblerait également que l’homéopathie fonctionne mieux pour certaines personnes que pour d’autres.  Parmi les maladies qui répondent bien au traitement homéopathique, on trouve l’asthme et les problèmes dermatologiques comme l’eczéma.  La plupart des homéopathes disent qu’un diagnostic global n’est pas possible en homéopathie.  Ils sont aussi d’avis que l’efficacité de nombreux remèdes homéopathiques est souvent menacée par des remèdes allopathiques ou d’autres thérapies.

KINÉSITHÉRAPIE

 Une variété de problèmes musculosquelettiques peut être soulagée par la physiothérapie, qui est normalement la seule thérapie manuelle (où les mains travaillent directement sur le corps) que propose la médecine conventionnelle.  Votre premier rendez-vous s’apparentera à une consultation de votre médecin de famille.

Un kinésithérapeute vous examinera avec soin avant de décider du traitement qui vous conviendra le mieux.

Votre médecin peut vous recommander la kinésithérapie pour vous rééduquer à la suite d’une fracture, d’une élongation ou d’une entorse, ou pour soulager des dorsalgies et des douleurs articulaires.

Le traitement par la kinésithérapie implique souvent l’articulation et la manipulation.  Généralement on commence par l’articulation, une technique qui en faisant bouger les articulations d’une façon très contrôlée permet de les libérer partiellement et de poser  un diagnostic.  Les kinésithérapeutes utilisent également une technique du nom de mobilisation de Maitlands qui consiste en une série de pressions de la main pour allonger les muscles et les ligaments et faire bouger les articulations.  Cela assouplit les contractures, les adhérences, les capsules articulaires endommagées, etc., cela améliore aussi les échanges de liquides à l’intérieur et à l’extérieur des articulations.

Les kinésithérapeutes utilisent les massages et les exercices, car ils partagent la philosophie de nombreux thérapeutes  complémentaires utilisant la manipulation :  le corps se corrigera de lui-même si on lui prescrit les exercices qui conviennent.  Ces exercices sont multiples et certains ressemblent aux postures du yoga.  L’hydrothérapie est utilisée depuis des années par les kinésithérapeutes.  Contrairement  à l’hydrothérapie des naturopathes qui utilisent toute une variété de techniques parfois assez sophistiquées, l’hydrothérapie en kinésithérapie profite simplement de la plus grande densité de l’eau, la pression sur les articulations et les muscles douloureux est moindre, et cela rend les exercices plus faciles à exécuter.  Cela veut également dire que les patients souffrent moins d’un exercice mal exécuté.

LA THALASSOTHÉRAPIE

 Les Grecs et les Romains de l’Antiquité étaient déjà de fervents adeptes de la thalassothérapie.  Chez nous, on l’associe plus souvent à l’esthétique qu’aux vertus thérapeutiques de l’eau de mer.

La thalassothérapie utilise sous surveillance médicale les ressources de la mer, l’air salin, le climat, l’eau, les boues, les algues, les sables et autres substances marines dans un but préventif et curatif.

Il n’existe pas de modèle type de curiste : un convalescent viendra se refaire une santé aux abords de la mer, un autre y soulagera ses maux de dos ou ses  problèmes de jambes lourdes, tandis que la nouvelle maman en profitera pour reprendre des forces et se reconstituer après le dur labeur de l’accouchement.  On voit cependant apparaître une nouvelle clientèle de gens stressés, fatigués, voire épuisés, qui s’y offre alors des vacances dans le but de se revitaliser.  La thalassothérapie s’avère très bénéfique dans le traitement de ces divers problèmes de santé, mais elle peut être aussi très profitable à titre préventif.

La cure anti-stress vise à libérer du stress quotidien, du surmenage et à soigner son esprit autant que son corps.  Les soins dispensés sont axés sur la relaxation : massages, gymnastique aquatique, balnéothérapie, hydrothérapie et algothérapie.   La cure jambes lourdes, par action de l’eau le long des parois des jambes, est particulièrement adaptée aux personnes qui souffrent de troubles circulatoires. Son objectif est de soulager la douleur et de reconstituer la dynamique veineuse.  Les soins proposés – douches, bains de marche, massage, algothérapie, pélothérapie et pressothérapie – sont associés à une alimentation équilibrée et une activité sportive douce.

La cure anti-inflammatoire, spécialement efficace dans les cas d’arthrose et de rhumatisme, débute par un examen complet afin d’établir un bilan de vos problèmes et de proposer les soins qui se composeront de séances de thérapies manuelles et mécaniques, de séances de gymnastique aquatique et de massages.

Il existe aussi les cures pré et postnatales ainsi que la cure pour le dos.

THÉRAPIE PAR LES ARTS CRÉATIFS

La danse, la peinture, la musique, l’art dramatique et d’autres formes d’activités créatrices peuvent être utilisées pour explorer et exprimer des états émotionnels sans passer par la parole.

Les gens de tous âges et quels que soient leurs talents peuvent utiliser la création artistique comme un moyen thérapeutique afin d’extérioriser des problèmes psychologiques comme la dépression, les phobies, les obsessions et les dépendances.  On peut pratiquer ces thérapies à la maison et sans aucune formation particulière.  Cependant, travailler avec un thérapeute spécialisé dans ces disciplines peut vous encourager à explorer vos émotions et à trouver un moyen d’expression efficace.

La thérapie par la musique

Donner naissance à un son avec la voix ou un instrument de musique peut permettre d’exprimer librement des sensations et des sentiments profonds qui, sans cela, risqueraient de rester bloqués.  La simple écoute d’une musique qui réveille vos émotions peut aussi vous apporter une précieuse liberté.  Dans les cas de troubles du langage comme le bégaiement, elle a également son utilité.  Même les sourds en profitent car elle parvient à leur communiquer un certain sens du rythme.

La thérapie par la danse

Le mouvement permet à certains d’extérioriser des sensations et des sentiments enfouis au plus profond d’eux-mêmes.  Elle est plus efficace quand elle est pratiquée en groupe sous la conduite d’un thérapeute qualifié, mais on peut aussi s’exercer chez soi.

La thérapie par les arts plastiques

La peinture permet d’atteindre une forme d’expression à la fois libre et personnelle.  Peindre, sculpter ou modeler sont des disciplines artistiques courantes et on peut choisir n’importe laquelle, tout dépend de ce qui vous attire le plus.  Le but de la thérapie est d’exprimer librement ce que l’on ressent.  La valeur artistique de l’œuvre ou la  compétence de l’artiste n’entrent pas en ligne de compte.

L’acte physique qui consiste à éclabousser une toile de couleurs ou à jeter et modeler de l’argile avec vos mains est un acte libérateur.  Un thérapeute spécialisé vous aidera par ses interprétations et ses intuitions.  En regardant comment une personne travaille et en explorant avec elle le processus de création qu’elle met en œuvre, il la fait progresser dans sa cure personnelle.

La thérapie par l’art dramatique

Les effets thérapeutiques de l’incarnation d’un rôle ont été formulés pour la première fois en Europe puis aux États-Unis pendant les années 20 par Jacob Moreno.  Étroitement liée au psychodrame, la thérapie par le théâtre est maintenant reconnue et largement pratiquée.  La thérapie par le jeu dramatique vous encourage à être quelqu’un d’autre afin d’acquérir une vision différente de vos problèmes personnels envisagés selon une nouvelle perspective.  Cela vous permet également d’imaginer diverses solutions.

SOULAGER LA FIBROMYALGIE PAR L’ÉCRITURE?

11 janvier 2007- Écrire au sujet d’expériences éprouvantes ou négatives permettrait d’atténuer certains symptômes de la fibromyalgie.   Les bienfaits ne surviendraient toutefois que plusieurs semaines suivant l’exercice.

C’est ce qui ressort d’une étude américaine effectuée auprès de 72 personnes atteintes de fibromyalgie.  Depuis longtemps, des chercheurs s’intéressent à l’effet thérapeutique de l’écriture sur cette maladie.  Pour la première fois, on a tenté l’expérience auprès de sujets qui écrivaient à domicile, plutôt qu’en clinique.

Pendant quatre jours consécutifs, la moitié des participants a écrit, sans contrainte ni dictionnaire, au sujet d’un ou de plusieurs événements qui les tracassaient.  Parallèlement, les autres participants (groupe témoin) devaient rédiger sur les moyens de gérer le stress en général, sans implication émotive.  Chaque jour, la séance d’écriture devait être d’au moins 15 à 20 minutes.

Comme les chercheurs l’avaient anticipé, l’écriture a immédiatement accentué les sentiments négatifs chez les sujets du premier groupe.  Cet effet s’est atténué avec le temps.  Une telle réaction avait déjà été observée au cours d’études similaires.

Un mois après l’expérience, aucune amélioration n’a été notée au sein des deux groupes.  Ce n’est qu’à partir du troisième mois que les participants ayant disserté sur des événements éprouvants ont ressenti des effets positifs.  Comparativement à ceux du groupe témoin, la qualité de leur sommeil s’est améliorée.  Ils ont aussi eu moins recours à des soins de santé et leur état physique s’est légèrement amélioré.

Selon les chercheurs, le délai de trois mois avant l’apparition des bienfaits serait normal.  Ils estiment que le temps doit faire son oeuvre lorsque l’aspect psychologique est mis à contribution dans le but d’améliorer l’état de santé d’une personne.

S’ils considèrent que l’écriture ne peut, à elle seule, constituer une thérapie complète, les auteurs de l’étude estiment qu’elle peut améliorer la qualité de vie des fibromyalgiques de façon modeste.  Les bienfaits pourraient être plus grands chez les personnes plus éduquées ou  plus à l’aise d’écrire sur les émotions qu’ils ressentent.

LES HUILES ESSENTIELLES

Les huiles essentielles sont devenues synonymes de santé, de bien-être et de plaisir.  Mais encore faut-il savoir comment bien les utiliser pour en tirer le meilleur parti.

Les naturopathes Roseline Gagnon et Maurice Nicole insistent sur trois règles à observer lorsque l’on s’initie aux huiles essentielles.

  1. Achetez des produits de qualité. Ne suivez pas la règle du plus bas prix.  Selon nos deux spécialistes, il est très important d’acheter des huiles essentielles de qualité lorsqu’on veut les utiliser pour leurs propriétés thérapeutiques.  Assurez-vous que le nom latin de la plante, la partie de la plante utilisée, sa variété et, idéalement, son pays d’origine figurent sur l’étiquette.  Un numéro de lot devrait aussi être inscrit.  Le 31 décembre 2009, selon la réglementation de Santé Canada, tous les produits de santé naturels incluant les huiles essentielles devront afficher un  numéro de produit naturel (NPN).
  2. Testez avant d’utiliser.  Certaines huiles essentielles peuvent causer une irritation de la peau ou une réaction allergique.  Avant tout, appliquez-en une goutte sur un bras ou dans le pli du coude.  Attendez 12 heures.  Si une rougeur ou des démangeaisons surviennent, ne l’employez pas.  Il arrive qu’une réaction se produise seulement après plusieurs applications.
  3. Gardez les huiles dans un endroit frais et sombre. Il est déconseillé de les entreposer dans la salle de bain parce que la chaleur altère les huiles essentielles (même chose pour les médicaments, d’ailleurs).  Entreposez-les dans un endroit plus frais, à l’abri de la lumière.  Assurez-vous que les flacons soient fermés de façon hermétique, car l’oxygène modifie les huiles essentielles.  Leur durée de conservation est d’environ cinq ans.

AROMATHÉRAPIE : bienfaits autour de quatre huiles essentielles

On les connaît pour leur parfum, mais moins pour leurs vertus thérapeutiques.  Or, les huiles essentielles peuvent s’avérer très utiles en camping pour chasser les moustiques, au travail pour soulager un mal de tête ou à la maison dans un bon bain chaud. Voyez ce que l’on peut faire avec quatre huiles essentielles pour se soigner et se faire plaisir.

« Avoir recours à l’aromathérapie pour se soigner nécessite les conseils d’un thérapeute dûment formé.  Certaines huiles essentielles sont en effet irritantes pour la peau, d’autres la rendent plus sensible au soleil etc…utilisez-les correctement, avec la bonne posologie et les bonnes voies d’administration »,  précisent les naturopathes Maurice Nicole et Roseline Gagnon.

LAVANDE VRAIE :

Voici des petits trucs qui peuvent vous aider en cas d’insomnie, de mal de tête ou lorsque votre capacité de concentration tombe à plat. Insomnie et stress. L’huile essentielle de lavande vraie (aussi appelée lavande officinale) est surtout employée pour ses vertus calmantes.  Elle aide à trouver le sommeil en cas d’insomnie ponctuelle, en période de stress par exemple.  Avant de vous de coucher, appliquez cinq gouttes d’huile essentielle de lavande vraie sur vos avant-bras et votre plexus solaire (au centre de l’abdomen, entre le sternum et le nombril). Si le coeur vous en dit, ajoutez une goutte sur votre taie d’oreiller.  Les huiles essentielles pures ne tachent pas, car elles ne contiennent pas de gras.  Répétez l’application si vous vous réveillez et avez du mal à vous endormir.  Les applications peuvent être faites aux 20 minutes sans problème.

Un massage apaisant ou vivifiant.  Ajoutée dans une huile à massage, l’huile essentielle de lavande vraie en augmente l’effet relaxant.  Versez au compte-gouttes cinq ou six gouttes d’huile essentielle de lavande vraie dans 1 c.à table d’une huile à massage non parfumée ou d’une huile végétale (par exemple, une d’huile d’amande douce).  Il est préférable de refaire le mélange avant chaque massage plutôt que de s’en faire une réserve.  Pour un massage tonifiant, remplacez l’huile essentielle de lavande par l’huile essentielle d’épinette noire, dans les mêmes proportions.

Un bain relaxant.  L’huile essentielle de lavande vraie est aussi très utile pour augmenter l’effet relaxant d’un bain chaud.  Avant de mettre cette huile dans l’eau du bain, mélangez-la à un émulsifiant, par exemple 1 c.à thé de savon liquide (un savon pour les mains ou la vaisselle, préférablement naturel et non parfumé).  Déposez le savon dans le creux de votre main, et ajoutez-y de 20 à 30 gouttes d’huile essentielle.  Mélangez, puis laissez tomber  dans l’eau du bain.

Si l’on met une huile essentielle directement dans l’eau du bain, celle-ci flotte sur l’eau et ne se mélange pas.  L’ajout d’un émulsifiant (savon liquide) permet à l’huile essentielle d’être mieux absorbée par la peau, car elle se disperse dans tout le volume d’eau.  On évite aussi l’irritation de la peau que causent certaines huiles lorsqu’elles ne sont pas diluées.- Roseline Gagnon, naturopathe.

En ambiance.  L’odeur de l’huile essentielle de lavande vraie répandue dans la chambre à coucher par un diffuseur aide à se préparer au sommeil.  Et durant le temps des Fêtes, le parfum de l’épinette noire crée une agréable ambiance dans la maison.

Pas plus de 10 à 15 minutes par heure.  Laissez la porte de la pièce ouverte.

Utiliser un diffuseur à colonne de verre.  La chaleur peut modifier la composition chimique des huiles essentielles.

IMPORTANT :

Si vous avez des oiseaux, ne diffusez pas d’huile essentielle dans la pièce où ils se trouvent! Ils pourraient ne pas y survivre.

MENTHE POIVRÉE :

Contre les maux de tête et les migraines légères, appliquez, dès l’apparition des symptômes, cinq ou six gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée sur le front, les tempes et les lobes d’oreille.  Un conseil : versez l’huile dans le creux de votre main, trempez-y un doigt puis appliquez-la sur votre peau, en évitant qu’elle coule dans vos yeux.  Pour plus de sûreté, fermez vos yeux au moment de l’application.

Raviver la concentration.  Deux ou trois gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée mises sur la nuque améliorent la capacité de concentration.  Ce petit remontant est utile en voiture, pour la longue route à la noirceur, ou en milieu d’après-midi quand l’attention baisse.

Chasse-fourmis.  Si les fourmis ont élu domicile chez vous, voici une idée originale : fabriquez votre propre chasse-fourmis à l’huile essentielle de menthe poivrée.  L’odeur ne tue pas les fourmis, mais a tout de même le mérite de les faire fuir.  Utilisez la même recette que pour le chasse-moustiques, en remplaçant l’huile essentielle d’eucalyptus citronné par celle de menthe poivrée.  Vaporisez les endroits où circulent les fourmis.

EUCALYPTUS CITRONNÉ :

Le chasse-moustiques naturel à l’huile essentielle d’eucalyptus citronné offre une alternative aux produits contenant du DEET (Off) durant vos sorties en plein air.  Dans une bouteille de verre pouvant contenir 100 ml, mélangez :

–         10 ml d’huile essentielle d’eucalyptus citronné

–         70 ml d’alcool à 94% (éthanol)

–         4 c.à thé (20ml) d’eau

Il est préférable de vaporiser cet insectifuge naturel sur vos vêtements plutôt que sur votre peau, car il assèche la peau.  Appliquez-le régulièrement, aux 30 minutes ou aux heures, au besoin.  Ce chasse-moustiques peut aussi être employé chez les enfants, dès l’âge de 2 ans.  Un conseil : Gardez votre flacon avec vous, car l’huile essentielle d’eucalyptus citronné réduit l’enflure, la rougeur et les démangeaisons causées par les piqûres d’insectes.  Dans ce cas, appliquez l’huile essentielle sur les piqûres avec votre doigt ou un coton-tige.

POUR LES MÉLANGES (chasse-fourmis et chasse-moustiques), IL EST PRÉFÉRABLE D’UTILISER DES BOUTEILLES EN VERRE.  LE PLASTIQUE RISQUE DE MODIFIER LA COMPOSITION CHIMIQUE DES HUILES ESSENTIELLES.

ÉPINETTTE NOIRE :

Une cure tonifiante.   Pour contrer la lassitude et la fatigue au moment des changements de saison, une cure tonifiante à l’huile essentielle d’épinette noire est  conseillée.  Déposez deux ou trois gouttes de cette huile sur le dos de votre main droite, puis testez votre flexibilité : appliquez-la sur votre dos, du côté droit de la colonne vertébrale (à la hauteur de la poitrine, au plus haut que se rend votre main).  Refaites le geste avec la main gauche.  Si possible, demandez à quelqu’un de l’appliquer pour vous.  Répétez ce rituel chaque matin durant trois semaines.

Rappel : L’épinette noire crée une ambiance agréable (en diffusion) durant le temps des fêtes.

LA LUMINOTHÉRAPIE

L’hiver, à cause du manque de lumière, peut être responsable d’un certain manque d’entrain, ou même de fatigue et de dépression.  Pour se remettre en forme : la luminothérapie.

La lumière est source de vie.  La lumière est source naturelle d’énergie, elle influence notre humeur et agit sur le biorythme de notre corps.  Lorsque nous manquons de lumière, nous nous sentons souvent moins énergiques et manquons d’optimisme, et pouvons même connaître des troubles du sommeil et de l’appétit.  Le corps humain et celui de nombreux animaux, sont régulés par la lumière du soleil sur un cycle de 24 heures.

La lumière est transmise à travers la rétine de l’œil sous forme d’impulsions nerveuses énergétiques.  Elle influence la durée et le rythme du sommeil, la sécrétion hormonale d’autres fonctions végétatives, ainsi que le système immunitaire.

Le niveau de luminosité diffusée par le soleil passe de 50 000 lux l’été à 500 lux en hiver.  Pour préserver notre équilibre interne, cette intensité doit être supérieure à 2 000 lux au niveau des yeux.  En dessous de ce seuil, la glande pinéale sécrète de la mélatonine (somnifère) en quantité importante ce qui peut provoquer des perturbations.

En hiver, la luminosité ambiante est insuffisante pour maintenir un équilibre biologique chez de nombreuses personnes.  Celles-ci souffrent alors de la dépression saisonnière hivernale (DSH).

Les symptômes les plus fréquents lors de DSH sont :

  • Lassitude
  • Endormissements fréquents
  • Fatigue matinale
  • Besoin de sieste
  • État dépressif, voire déprime
  • Diminution d’activité
  • Impuissance sexuelle
  • Augmentation de l’appétit
  • Boulimie d’hydrates de carbone
  • Envie de sucreries, et ainsi prise de poids.

UN AUTRE POINT DE VUE :

Le  livre «  Les bienfaits de la lumière sur votre santé »  par l’auteur Fabio Marchesi, Éditions du Dauphin, démontre en s’appuyant sur les résultats d’études scientifiques rigoureuses que le soleil, la lumière et les rayons ultraviolets ont de très remarquables effets thérapeutiques.  Le soleil et les rayons ultraviolets réduisent le cholestérol et les caries dentaires, améliorent le système immunitaire, augmentent la libido et la fertilité, préviennent les tumeurs.  Ce sont des « aliments » indispensables à la santé de l’homme.

L’éclairage artificiel affaiblit le système immunitaire, altère les rythmes biologiques, l’état émotif, le système métabolique, endocrinien et augmente le niveau de stress.   Le soleil et l’exposition à la lumière de forte intensité sont les thérapies les plus efficaces contre la dépression.  La taille des adultes dépend de l’ensoleillement auxquels ils ont été exposés dans les premiers mois de leur vie.  Les enfants exposés à la lumière naturelle et aux ultraviolets ont de meilleures notes à l’école, moins d’absence pour maladie, une meilleure croissance et un meilleur développement, moins de caries dentaires.  Ce livre explique les aspects scientifiques de la lumière et nous donne les informations sur les dernières techniques des systèmes de photothérapie

Commentaire : L’idée qu’il faille se « protéger » du soleil – lui qui est essentiel à la croissance de toutes choses -, est une véritable aberration, selon l’auteur. Et les arguments qu’il avance pour soutenir sa thèse méritent qu’on les considère attentivement.  Si le soleil est devenu « néfaste », par exemple, ce serait non pas à cause d’un trou dans la couche d’ozone, mais d’un mode de vie qui comprend un excès de lumière artificielle (beaucoup plus dangereuse) et une alimentation carencée en antioxydants (indispensables pour que l’organisme traite adéquatement l’influx solaire).  Ingénieur, Fabio Marchesi aborde son sujet avec méthode et rigueur, citant de nombreuses recherches, et en vulgarisant les principaux aspects scientifiques (spectre lumineux, ultraviolets, etc.)  Un livre passionnant et accessible qui jette de la lumière, c’est le cas de le dire, sur un aspect fondamental de la santé.

Lucie Dumoulin

PHYTOTHÉRAPIE

Le mot phytothérapie provient de deux mots grecs qui signifient essentiellement « soigner avec les plantes ». Aujourd’hui, la phytothérapie s’appuie à la fois sur cette sagesse traditionnelle et sur les découvertes de la médecine moderne.  La rencontre  relativement récente de ces deux mondes et le peu de normes qui régissent le domaine fait en sorte que la pratique et la formation sont encore très disparates.

L’herboristerie est plutôt associée à l’école empirique (s’appuie sur l’expérience, l’observation) et la phytothérapie à l’école scientifique, mais cette distinction tend à s’amenuiser, tradition et chimie profitant de plus en plus l’une de l’autre.  D’autre part, les herboristes s’occupent souvent de la préparation, du mélange et de la transformation (concentrés, huiles, élixirs, onguents, etc.) des plantes et de leur culture, ce que font rarement les phytothérapeutes.

L’utilisation des plantes médicinales est encore aujourd’hui la forme de médecine la plus répandue à travers le monde.  Cependant, vers la fin du XIXe siècle, elle a connu un rapide déclin en Occident avec l’avènement de la médecine scientifique et l’apparition des médicaments modernes (aspirine, antibiotiques, cortisone, etc.)  Toutefois, depuis les années 1970, entre autres à cause des effets indésirables des médicaments de synthèse, les  gens se tournent de nouveau vers les plantes médicinales.  Leur popularité grandissante a amené les scientifiques à entreprendre de nouvelles recherches.  Par exemple, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Communauté européenne ont créé des organismes visant à recenser les usages traditionnels des plantes médicinales, à les valider sur le plan scientifique et à mieux comprendre leurs mécanismes sous-jacents.

Il est absolument indéniable que les plantes ont des effets curatifs et préventifs pour d’innombrables maladies et affections.  Cependant, la recherche et le développement en phytothérapie sont fortement handicapés comparativement à l’industrie pharmaceutique.  En effet, il est très difficile de financer, à coup de millions, des recherches qui démontreraient, par exemple, l’efficacité de la racine de pissenlit pour soigner le foie, sachant qu’on ne pourra jamais breveter le pissenlit afin de rentabiliser son investissement.

Généralement, les plantes médicinales d’usage courant ne provoquent que très peu, voire aucun effet indésirable : c’est là l’un de leurs principaux avantages.

Les phytothérapeutes et les herboristes pratiquent généralement en cabinet privé, dans des centres de santé, dans des magasins de produits naturels – parfois, uniquement à titre de conseiller – et dans des cliniques rattachées aux écoles de formation.  Une séance comprend généralement un bilan de la santé et des habitudes de vie, puis une analyse des symptômes de l’affection.  La prescription des plantes (cultivées par l’intervenant ou de source commerciale) constitue une grande part du traitement, mais il arrive aussi que le thérapeute recommande par exemple un changement dans la diète ou la pratique d’exercices physiques ou de relaxation.  Les consultations durent généralement de 45 minutes à une heure et demie.

Au Canada, à compter du 31 décembre 2009, selon la réglementation de Santé Canada, tous les produits de santé naturels devraient afficher un numéro de produit naturel (NPN).  Plusieurs les affichent déjà.  Il s’agit d’une assurance que l’innocuité du produit a été raisonnablement démontrée et que les allégations sur ses effets se  fondent sur une tradition médicinale reconnue ou sur des essais cliniques.

ORTHOTHÉRAPIE

Traiter dans le but de remettre droit. Il rééquilibre le corps dans tout son ensemble : physique-psychique-énergétique.

  • Bilan musculaire + postural
  • Bursite, tendinite, capsulite
  • Contractures, noeuds, spasmes musculaires
  • Arthrite, arthrose, hernie discale
  •  Nerf sciatique, céphalée de tension, migraine
  • Cervicalgie, dorsalgie, lombalgie
  • Douleurs vertébrales
  • Toutes douleurs musculaires, articulaires, ligamentaires et osseuses.

AUTRES

POINT TRAGGER

Une approche pour rééduquer la mobilité du corps, d’aider à relaxer, d’obtenir une meilleure souplesse des articulations et une meilleure connaissance de son image corporelle.

RE-CONNEXION

Haute fréquence énergétique qui se déverse au besoin de chaque niveau de la personne.

CHAMAN

Psychologie chamanique (créatrice et sacrée).  Travaille avec un aspect profond de la personne.

CANALISATION

Écriture automatique transmise par en transe profonde et communication émis sur le moment présent.

REIKI

Énergie Universelle de vie.  Le Reiki est l’Art secret pour inviter le bonheur et devenir le maître de sa vie.

RÉGRESSION & PURIFICATION

Libère des mémoires qui se loge au niveau du passé.

POLARITÉ

Un premier bienfait est de procurer une détente ajouter à une paix intérieur.  Sur le plan physique, ils sont nombreux, mais redonne à son corps le pouvoir d’auto-guérison en harmonisant sa propre énergie, libère, rétablit, équilibre et revitalise les quatre systèmes.

OSCILLATION RYTHMIQUE

Consiste en l’écoute du mouvement du corps, l’écoute du mouvement (cardiaque, respiratoire, musculaire, circulatoire, lymphatique ou énergétique) produit un mécanisme d’auto-correction naturel dans le corps permettant de retrouver son équilibre.

VISUALISATION

Pour aider le corps, on peut canaliser le pouvoir de l’imagination. On l’a utilisé avec succès pour le traitement de désordres aussi mineurs que la toux et aussi sérieux que le cancer.

Ces exercices fonctionnent de la même façon que l’autosuggestion ou certains stades de la méditation.  Ils induisent un état d’esprit particulier qui peut avoir des effets bénéfiques sur le corps.  On encourage ceux qui souffrent d’un cancer à imaginer une armée de cellules saines attaquant et détruisant toutes les cellules cancéreuses du corps et les remplaçant par des cellules saines.

Les résultats dépendent beaucoup de la personnalité du patient.  Cette technique fonctionne mieux pour ceux qui ont de l’imagination ou qui permettent à leur esprit de s’exprimer librement.  Cela explique peut-être que les enfants et les jeunes gens obtiennent de meilleurs résultats que les adultes, mais chacun peut parvenir à des résultats s’il autorise une telle liberté.

Faites l’expérience

Imaginez-vous en train de couper un citron en quartiers, de humer un de ceux-ci, puis d’y mordre à pleines dents, le jus coulant dans votre bouche… Si vous savez ce qu’est un citron et que vous avez fait l’exercice consciencieusement, il est probable que vous ayez salivé en réaction à la forte acidité du fruit – même si cette acidité n’était qu’imaginaire.

SE RAPPROCHER DE LA NATURE

Si on vous demandait à l’instant de visualiser une image relaxante, il est probable que vous penseriez aux vagues de la mer, à une cascade d’eau ou à un paysage.  Personne n’aurait l’idée d’une autoroute achalandée ou d’un aéroport bondé.  Les images qu’on associe instinctivement à la relaxation sont la plupart du temps reliées à la nature.  Et pour cause, parce que la nature est source de calme et d’apaisement, de relaxation et de ressourcement.

Étrangement, même si on connaît les bienfaits de la nature sur notre santé morale et physique, on ne s’en préoccupe pas suffisamment dans la vie de tous les jours.  La nature, ce n’est pas seulement l’air que nous respirons ou l’eau que nous buvons;  plus nous nous en approchons, plus nous l’intégrons dans nos vies, plus ses bienfaits se font sentir sur notre santé.  De plus en plus, les chercheurs réalisent son interaction dans nos vies : par de toutes petites choses, comme par exemple le fait de jardiner, de mettre des fleurs dans la maison ou de prendre soin d’un animal, nous nous rapprochons de la nature avec l’impact positif qu’elle représente sur notre santé et notre bien-être.

Comme plusieurs maladies sont associées au stress, l’anti-stress, idéal est une thérapie par la nature.  Comment y arriver quand on demeure en ville, entouré de béton?  À l’aide de tous les moyens à notre disposition : une pièce remplie de plantes et de potées fleuries, une fenêtre qui laisse passer l’air pur et les rayons du soleil, un aquarium devant lequel on s’arrête pour observer les poissons, ou un petit animal de compagnie sont tous des moyens à notre disposition pour s’offrir une dose quotidienne de nature.  La nature ne sert pas qu’à faire joli sur une carte postale.  Ça ne doit pas être qu’un endroit paisible à visiter de temps en temps comme si on s’offrait un luxe.

ESPRIT EMBROUILLÉ –  D’OÙ VIENNENT LES INSTANTS DE CONFUSION?

Confusion momentanée, idées en désordre, peu importe le nom donné à l’expérience, nous l’avons tous vécue.  Il devient soudain impossible de finir une phrase sans bafouiller, de se rappeler le titre d’une chanson ou de diviser en deux l’addition d’un repas.  On ne sait plus où l’on a mis ses clés et on ne se souvient plus de s’être arrêté ou non chez le nettoyeur.

Le vieillissement et la maladie d’Alzheimer viennent à l’esprit quand on tente de s’expliquer ces courts-circuits, mais en fait, nombre de causes peuvent jouer.  Les signes de la maladie d’Alzheimer sont un peu différents de ceux qui caractérisent les oublis et blocages mentaux habituels.  Il est normal de ne plus se rappeler où l’on a stationné l’auto; les personnes qui souffrent de la maladie d’Alzheimer ne se rappellent plus de la marque de leur voiture ni même qu’elles en ont une.

Les hormones sexuelles, que ce soit dans le cadre du syndrome prémenstruel ou à cause d’une baisse associée à la ménopause ou de l’andropause peuvent affecter la mémoire et la concentration.

QUATRE FAÇONS DE S’AIGUISER L’ESPRIT :

Il existe des moyens simples de réduire les défaillances de l’esprit. DIMINUER LA MALBOUFFE. La science montre que le cerveau peut souffrir du gras.  Des recherches menées à l’université de Toronto indiquent que des rats soumis à un régime riche en gras et faible en glucides obtiennent de piètres résultats lors de tests d’apprentissage et de mémorisation.

AUGMENTER L’ACTVITÉ PHYSIQUE.  L’exercice peut augmenter le nombre de nouvelles cellules et la circulation du sang dans le cerveau, disent les recherches.  Les résultats d’une étude de huit ans faite aux États-Unis montrent que chaque kilomètre de marche quotidienne diminuait de 13% le danger de déclin cognitif chez les femmes de plus de 65 ans.

AVOIR ASSEZ DE CHOLINE.  La choline est un précurseur de l’acétylcholine, qu’elle aide à produire.  On compte parmi les sources de choline les œufs, le poisson, les légumineuses, les noix, la viande et les légumes.  Il faut en consommer chaque jour 550 mg (hommes) et 425 mg (femmes)

FAIRE FONCTIONNER SON CERVEAU.  Résoudre des problèmes et varier sa routine peuvent aider, selon une recherche menée par le Dr Lawrence Katz, neurobiologiste de la Duke University et coauteur de Keep Your Brain Alive (trad. Gardez votre cerveau vivant) publié chez Workman (anglais seulement).  Essayez d’écrire de votre autre main, de manger les yeux fermés, de prendre un chemin différent pour vous rendre au travail.  Faire quelque chose de nouveau ou de différent crée de nouveaux liens entre les cellules du cerveau.