Les amateurs de marche ou de jardinage paient à l’occasion le lendemain, le prix de leurs efforts trop vigoureux et se lèvent courbaturés!  En revanche, lorsque ces douleurs subsistent et les articulations sont gonflées ou lorsque vous avez du mal à fléchir les genoux ou à faire travailler les articulations des doigts, il y a là matière à réflexion…

La raideur ou les douleurs articulaires qui peuvent rendre le mouvement d’une articulation difficile sont des signaux d’alarme qu’il ne faut pas négliger car ils pourraient annoncer l’arthrose plutôt qu’un simple cas de surmenage.

Est-ce un signe d’arthrose ou de surmenage?

Les signes annonciateurs de l’arthrose se distinguent des conséquences d’une vie active.   Ils comprennent notamment la raideur ou des douleurs articulaires et l’articulation perd son amplitude de mouvement.  À l’occasion, l’articulation paraît gonflée, le mouvement accentue la douleur et l’articulation raidit au repos.  Si vous reconnaissez là des symptômes dont vous êtes victime depuis deux semaines, il serait sage de consulter votre médecin.

De nos jours au Canada, l’arthrose afflige environ une personne sur dix, ce qui en fait probablement, au dire de la Société d’arthrite, la principale cause d’absentéisme au travail et celle qui force ses victimes à se priver de loisirs.  Ces mêmes symptômes amènent plusieurs personnes à consulter leur médecin et c’est d’ailleurs le meilleur geste à poser si vous craignez que l’arthrose, une affection très répandue, et non pas le surmenage, soit à l’origine de votre mal.

L’arthrose, qu’est-ce que c’est au juste?

Les scientifiques n’arrivent toujours pas à expliquer pourquoi le cartilage s’use avec l’âge.  Toutefois, le cartilage qui coiffe de part et d’autre les os d’une articulation – un véritable amortisseur de choc pour le corps humain – s’effrite et l’espace qui les sépare, rétrécit.  Cette usure progressive de l’articulation amène avec le temps les os d’une articulation à frotter les uns contre les autres, ce qui rend l’articulation douloureuse et raide.

La fréquence des cas d’arthrose augmente avec le temps et plus on avance en âge, plus on y est vulnérable.  Toutefois, l’arthrose n’épargne personne, pas même les jeunes : 20 % de ses victimes n’ont pas plus de 45 ans et ses signes avant-coureurs peuvent apparaître dès la vingtaine.  On en connaît mal les causes; en revanche, on lui connaît un terrain familial.  Autrement dit, si votre mère ou l’une de ses soeurs souffre d’arthrose, vous y serez également plus vulnérable.

Une blessure articulaire antérieure, attribuable à un accident ou à l’activité physique, vous y rend également plus vulnérable.  Avec le temps, l’arthrose tend alors à s’installer dans l’articulation antérieurement blessée.  Votre poids joue également un rôle important.  La Société d’arthrite nous apprend qu’une femme d’âge moyen, par exemple, dont le poids augmente de 11 lbs, est plus vulnérable à l’arthrose du genou que la femme qui garde sa taille.

Peut-on prévenir l’arthrose ou doit-on tout simplement endurer son mal en silence?

Tout comme pour le diabète ou une maladie cardiaque, plus cette affection est diagnostiquée et traitée de façon précoce, mieux on en maîtrise l’évolution.  Par exemple, l’excédent de poids pèse sur les articulations porteuses, notamment le genou, la hanche et les pieds et chaque livre en moins allège ce fardeau et l’articulation s’en porte mieux, la perte de seulement 10lbs  peut réduire de 40lbs  le stress sur les articulations.

Il est important de faire bouger les articulations malades.  On conseille l’exercice à faible impact car il assouplit les articulations.  Il est tout naturel de refuser de solliciter une articulation douloureuse, mais le mouvement procure une foule de bienfaits en permettant au cartilage de mieux se nourrir et l’aide à éliminer ses déchets.  Un manque d’exercice ou le sédentarisme, par contre, est le gage d’une torpeur physique, favorise l’ankylose de l’articulation et plus grave encore, les muscles avoisinants perdront leur tonus musculaire et le corps perdra de sa force, de sa souplesse et de son énergie vitale.

Les douleurs de l’arthrose ne sont habituellement pas causées par un processus inflammatoire.  C’est ce qui amène souvent les médecins à recommander des préparations d’acétaminophène.  Savoir choisir judicieusement son médicament contribue également à vous permettre de poursuivre vos activités, ce qui constitue un important atout et vous permet de jouir pleinement de la vie.  Alors, consultez votre médecin pour en savoir davantage sur les moyens à votre disposition pour demeurer au meilleur de votre forme et calmer vos douleurs.  La Société d’arthrite vous propose également de consulter son site Web riche en information sur l’arthrose à www.arthrite.ca