Le carcinome basocellulaire et le carcinome spinocellulaire sont les deux formes les plus courantes de non-mélanomes.  Ils progressent lentement et sont rarement mortels.  Ils surviennent habituellement chez les personnes âgées de plus de 50 ans.

Le carcinome basocellulaire est le plus fréquent ;  à lui seul, il correspond à environ 90% des cancers de la peau.  Son nom est lié au fait qu’il se forme dans la couche la plus profonde de l’épiderme.  Il existe plusieurs types de  carcinomes basocellulaires.  Le plus fréquent touche habituellement le visage : il se forme une lésion de quelques millimètres de diamètre, de couleur chair ou rosée, qui ne guérit pas.

Le carcinome basocellulaire, il se manifeste par l’un ou l’autre des signes suivants :

  • Une bosse couleur chair ou rosée, d’apparence cireuse ou « perlée », sur le visage, les oreilles ou le cou;
  • Une plaque rosée et lisse sur la poitrine ou sur le dos;
  • Un ulcère qui ne guérit pas.

Quant au carcinome spinocellulaire, il arrive qu’il génère des métastases, mais cela est rare (moins de 1% des cas).  Les métastases sont des tumeurs secondaires qui se forment à distance de la tumeur d’origine, après que des cellules cancéreuses se sont dissociées de celle-ci.

Le carcinome spincocellulaire, il se manifeste par l’un ou l’autre des signes suivants :

  • Une plaque de peau rosée ou blanchâtre, rugueuse ou sèche;
  • Un nodule rosé ou blanchâtre, ferme, verruqueux;
  • Un ulcère qui ne guérit pas

Les mélanomes.

On donne le nom de mélanomes aux tumeurs malignes qui se forment dans les mélanocytes, les cellules qui produisent la mélanine (pigment) et qui se trouvent dans la peau, les yeux, l’oreille interne et les méninges.

Les mélanomes peuvent survenir à tout âge.  Ils se manifestent habituellement par une tache noirâtre.  Ils sont plutôt rares, mais ils font partie des cancers qui peuvent progresser rapidement et générer des métastases.  Ils sont responsables de 75% des décès causés par un cancer de la peau.  Heureusement, s’ils sont découverts tôt, ils peuvent être traités avec succès.

Le mélanome, il se manifeste par l’un ou l’autre des signes suivants, le plus souvent sur le dos ou  sur les jambes :

  • Un grain de beauté qui change de couleur ou de taille, ou dont le contour est irrégulier.  (un grain de beauté normal est brun, beige ou rosé.  Il est plat ou surélevé.  Il est rond ou ovale, et son contour est régulier.  Il mesure, la plupart du temps, moins de 6 mm de diamètre).
  • Une lésion noirâtre sur la peau ou sur une muqueuse (de la bouche, du nez, des organes génitaux ou de l’anus)

L’exposition aux rayons ultraviolets a un effet cumulatif, c’est-à-dire qui s’additionne ou se combine au fil du temps.  Les dommages à la peau commencent en bas âge et, même s’ils ne sont pas visibles, ils s’amplifient tout au long de l’existence. Les carcinomes sont surtout causés par des expositions fréquentes et continues au soleil.  Les mélanomes, par contre, semblent plutôt provoqués par des expositions intenses et de courte durée, surtout celles qui provoquent des coups de soleil.

L’exposition au soleil est la cause principale des cancers de la peau.  Si les rayons UVA et UVB (rayons ultraviolets) nuisent différemment à la peau, les deux provoquent des transformations cutanées pouvant mener au cancer. Les parties du corps couramment exposées au soleil sont le plus à risque (visage, cou, mains, bras).  Cela dit, un cancer de la peau peut apparaître n’importe où

L’utilisation de lampes solaires pour le bronzage.  Selon Santé Canada, elles peuvent émettre jusqu’à cinq fois plus de rayons UVA que le soleil.  Certaines émettent aussi des rayons UVB.  Santé Canada souligne qu’il n’existe aucune façon de bronzer sans danger. Les rayons UV des lampes sont aussi nocifs pour la peau que ceux du soleil.

Peut-on prévenir?

Près de 90% des cancers de la peau pourraient être prévenus simplement en se protégeant la peau contre les rayons ultraviolets.

SE PROTÉGER DES RAYONS ULTRAVIOLETS

  • Protéger la peau du soleil en portant des chandails à manches longues, des pantalons et un chapeau à large bord.  Le polyester laisse moins passer les rayons ultraviolets que le coton.
  • Rechercher l’ombre et éviter de s’exposer au soleil sans protection
  • Les dermatologues conseillent généralement d’appliquer sur les zones de peau non couvertes un écran solaire avec un indice de protection (FPS) d’au moins 30. Remarque. Le FPS indique la protection contre les rayons UVB seulement.  Pour une protection optimale, il faut rechercher des écrans solaires qui protègent aussi contre les rayons UVA.
  • On recommande d’appliquer les écrans solaires de 20 à 30 minutes avant de s’exposer au soleil.
  • Les crèmes solaires protègent la peau plus efficacement que les gels et les vaporisateurs.
  • Les écrans solaires doivent être utilisés en assez grande quantité.  Une personne de taille moyenne qui veut en enduire son corps appliquera l’équivalent d’au moins 2c. à table d’écran. De plus, il faudrait mettre sur le visage environ 1.c.à thé de protection.
  • Ne pas exposer directement au soleil un bébé de moins de six mois.
  • Éviter de recourir à des produits qui accélèrent le bronzage (huiles), même ceux qui renferment des filtres solaires.
  • Éviter de fréquenter les salons de bronzage.
  • Faire en sorte d’avoir un teint hâlé grâce à une lampe de bronzage avant de partir en vacances vers une destination soleil ne protège pas la peau contre les rayons du soleil.  Mentionnons que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) déconseille fortement l’utilisation des lits de bronzage par les personnes de moins de 18 ans, étant donné les risques de cancer de la peau qui y sont associés.

Suffisamment de vitamine D?

Un minimum d’exposition directe de la peau au soleil est nécessaire, notamment pour disposer de sources suffisantes de vitamine D.  Cette vitamine est vitale pour la santé des os et des dents.  Elle est synthétisée par la peau sous l’action des rayons ultraviolets du  soleil.  Toutefois, on estime que le fait de s’exposer quelques minutes par jour au soleil procure 80% à 90% de la vitamine D requise.

D’avril à octobre environ, l’organisme synthétise et stocke assez de vitamine D pour ses besoins hivernaux, à condition qu’on lui fournisse en tout temps suffisamment d’aliments riches en vitamine D.

Noter tout changement de l’apparence de la peau, plus le cancer est détecté à un stade précoce, plus il est facile à traiter.

Traitements médicaux

Chirurgie : Plusieurs cancers de la peau peuvent être complètement éliminés grâce à une chirurgie.  Après avoir anesthésié la peau localement, le médecin extrait la tumeur cancéreuse à l’aide d’un bistouri.  Selon la taille, le type et le site du cancer, il peut soit cautériser la plaie, soit la refermer à l’aide de points de suture.

Cryochirurgie : Dans le cas de certains cancers de très petite taille ou de lésions précancéreuses, on détruit par un froid extrême (en utilisant de l’azote liquide) les tissus malades.

Radiothérapie : Elle est parfois utilisée dans certaines circonstances, par exemple lorsque l’on peut difficilement procéder à une chirurgie, ou encore après une chirurgie, pour tuer les cellules cancéreuses qui subsistent peut-être.  Elle consiste à détruire les cellules cancéreuses à l’aide de radiations électromagnétiques, en essayant d’épargner les tissus sains périphériques.

Chimiothérapie topique : Parfois, des médicaments anticancéreux peuvent être appliqués directement sur la zone atteinte.  Le traitement dure plusieurs semaines.

Chimiothérapie systémique : Elle consiste à utiliser, par injection ou sous forme de comprimés, des substances chimiques dans le but de cibler et d’endommager des cellules qui se divisent trop rapidement.  Elle est utilisée, notamment, quand le cancer est à un stade de dissémination métastatique.

Immunothérapie : L’immunothérapie peut être utilisée pour renforcer le système immunitaire à l’aide de certaines substances, comme l’interféron ou l’interleukine, dans le but de l’aider à lutter contre le cancer.

Pendant trop longtemps, le bronzage a été synonyme de santé, de plaisir et de bien-être.  Heureusement, aujourd’hui, nous savons à quel point les rayons ultraviolets sont dommageables.  Les comportements et les mentalités commencent à changer, et la prévalence des cancers de la peau peut diminuer si l’on prend les mesures nécessaires.

Sites d’intérêt

Association canadienne de dermatologie

www.dermatology.ca

Femmes en santé

www.femmesensante.ca

Fondation québécoise du cancer

www.fqc.qc.ca

Santé Canada  – Un dossier complet sur les effets des rayonnements ultraviolets sur la santé, et aussi sur la protection solaire.  Ce dossier concerne les adultes et les enfants.

www.hc-sc.gc.ca

Société canadienne du cancer

www.cancer.ca