La majorité des gens sont conscients que la prise de somnifères n’est pas recommandée pour un usage à long terme, mais peu de gens savent réellement ce que cela pourrait causer. L’objectif ici n’est pas de dénoncer leur usage, puisque pour différentes raisons, la prise momentanée de somnifères est souvent nécessaire au rétablissement d’un bon état de santé.

Le sommeil est tellement important en santé humaine que nous devrions en faire une priorité pour toute évaluation de santé. À chaque rendez-vous chez le médecin, vous devriez être questionné sur la qualité de votre sommeil. Nous discuterons spécifiquement de l’impact des problèmes de sommeil sur la santé, notamment pour la démence, la prise de poids et la santé cardiovasculaire, dans un prochain article.

Pour revenir à l’usage des somnifères, c’est bien sûr leur usage à moyen/long terme qui posent des risques pour la santé. Souvent, cela résulte de la grande difficulté à les arrêter étant donné l’établissement d’une dépendance. Tel que mentionné par Dr Lambert dans le 3e article sur le vieillissement et la consommation de médicament :

« [Ah, vous ne dormez pas bien? On va vous donner un petit quelque chose pour vous aider, temporairement.] La première chose que l’on constate, c’est que le patient prend toujours cette médication après dix ans. »

Il faut savoir que pour plusieurs médicaments, la dose recommandée pour les gens vieillissants est plus faible et l’utilisation de plus de 2 à 3 semaines est déconseillée et requière une réévaluation complète du patient. De plus, la conduite automobile est souvent déconseillée pour les 12 prochaines heures. Ainsi, la prise d’un somnifère à 11 heure le soir demanderait de ne pas conduire jusqu’à 11 heure de l’avant-midi le lendemain.

Les médicaments les plus connus pour les problèmes de dépendance, d’accoutumance ou d’autres risques, spécifiquement pour les gens vieillissants, sont les benzodiazépines. L’usage de ces médicaments anxiolytiques, calmants, hypnotiques et anticonvulsifs est très rependue. Une étude récente a conclu que leur usage à long terme augmente légèrement les risques d’Alzheimer (Tapiainen et al, 2018. The risk of Alzheimer’s disease associated with benzodiazepines and related drugs: a nested case-control study).

De plus, la qualité des phases profondes du sommeil, incluant la phase REM (Rapid Eye Movement), est altérée par ces médicaments, ce qui s’avère important pour limiter les processus de vieillissement prématuré en regard des fonctions cognitives. Plusieurs études ont démontré l’importance de rêver et malheureusement, l’usage des somnifères cause habituellement un sommeil moins profond, moins réparateur, sans la phase de rêves.

Les principaux risques reliés à l’usage prolongé des somnifères de façon général sont :

  • l’augmentation du risque de chutes et autres altérations des fonctions psychomotrices,
  • les troubles de la mémoire (amnésie antérograde),
  • des troubles de comportement (ex : désinhibition),
  • une altération de l’état de conscience (hallucinations, euphorie, etc.),

Il est important de mentionner que 20 % des fractures de la hanche, causées par une chute durant la nuit, se traduiront par un décès. De plus, la Société canadienne de gériatrie a rapporté en 2017 que seulement 1 personne sur 13 ressentirait de réels bénéfices avec un traitement aux sédatifs-hypnotique, alors que 1 personne sur 6 développerait des problèmes de santé suite à ces traitements.

Pour plus d’informations sur les risques, le site internet Choisir avec soin, créé par l’Association médicale canadienne, l’Université de Toronto et le Ste-Michael’s Hospital, est un bon outil de consultation, spécifiquement pour les gens âgés.

Nous devrions donc envisager d’améliorer nos habitudes de vie avant tout et de faire attention à certains comportements qui compromettent la qualité de notre sommeil. Voici un article de notre collaborateur le psychologue Stéphane Migneault sur  les 7 mauvaises habitudes pouvant nuire à votre sommeil.

Pour ce qui est des produits VitoliMD, deux sont utilisés pour les problèmes de sommeil : VitoliMD Sommeil et VitoliMD Stress et anxiété. Ils sont utilisés à raison d’une ou deux capsules 30 à 40 minutes avant d’aller au lit. Habituellement VitoliMD Sommeil est plus efficace, mais certaines personnes vont préférer utiliser VitoliMD Stress et anxiété. Il est aussi possible d’utiliser une capsule de chaque produit.

Il est toujours conseillé d’en parler à son pharmacien(ne) en cas de prise de médicaments. Voici les allégations permises par Santé Canada pour VitoliMD Sommeil :

  • Aide à réduire le temps pour s’endormir.
  • Aide à augmenter la durée totale et la qualité du sommeil chez les personnes souffrant de restriction ou d’horaire altéré du sommeil.
  • Utilisé en phytothérapie pour aider à dormir.
  • Aide à soulager la nervosité.
  • Fournit des antioxydants.

N’hésitez pas à parler de VITOLIMD à votre pharmacien, il saura vous conseiller.

14 décembre 2018